L'institut pasteur de Lille travaille sur l'élaboration d'un traitement efficace contre le COVID-19

LA MOLÉCULE MIRACLE?

Si cette découverte scientifique de l’Institut Pasteur de Lille s’avère concluante, elle serait ainsi considérée comme le premier traitement destiné officiellement à soigner le Covid-19. Il pourrait ainsi succéder, entre autres, à l’hydroxychloroquine, qui fait partie du protocole thérapeutique adopté au Maroc contre le Covid-19.

En attendant le vaccin qui pourrait être concrétisé d’ici la fin de l’année, si les essais cliniques se passent normalement comme prévu, l’espoir d’un traitement contre le Covid-19 semble venir de l’Institut Pasteur de Lille. Ce dernier affirme avoir testé plus de 2.000 molécules pour trouver une médication efficace contre le coronavirus. Les recherches sont en bonne voie et l’Institut doit collecter 5 millions d’euros pour continuer à financer le développement d’un éventuel médicament.

Mieux que la chloroquine?
Ce que les chercheurs de l’institut appellent «la molécule-miracle» a été testé sur des tissus humains du poumon, reconstitués en laboratoire. Mais il va falloir maintenant la tester dans un essai clinique. Pour le moment, le nom du médicament n’a pas été dévoilé. Les équipes de l’institut Pasteur veulent éviter le marché parallèle et la maîtrise des stocks car c’est un médicament qui existe sur un petit marché.

Ce que les chercheurs semblent pour le moment maîtriser, c’est que le recul sur ce produit est suffisant pour savoir qu’il peut se montrer efficace avec la posologie normale administrée aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte.

Quant aux alertes concernant les effets secondaires, elles sont, pour le moment, absentes. Si cette découverte scientifique de l’Institut Pasteur de Lille s’avère concluante, elle serait ainsi considérée comme le premier traitement destiné à soigner le Covid-19. Car l’hydroxychloroquine, malgré ses bienfaits avérés sur les patients du Covid-19 mais avec des effets indésirables néfastes, n’est pas à proprement parler considérée comme un traitement officiel et reconnu contre le virus. D’où la polémique virulente que l’hydroxychloroquine a soulevé dans le milieu scientifique .

Pour ce qui est de la nouvelle «molécule-miracle», afin de pouvoir mener des essais cliniques supplémentaires sur une centaine de patients, l’Institut Pasteur dispose pour l’heure de moyens insuffisants. Il aurait ainsi besoin de 5 millions d’euros.

Le professeur Benoît Déprez, qui travaille avec d’autres médecins de renom sur ce projet scientifique de grande importance, a qualifié cette avancée comme «un espoir de traitement rapide» et indiqué que les premiers essais chez l’homme devraient être effectués avant fin 2020. En parallèle, l’institut planche également sur des traitements sur tous les types de coronavirus.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger