Inédit : en Belgique, les prostituées bénéficieront des mêmes droits du travail que les autres salariés


Maison close, Belgique.


C'est une première mondiale. Le Parlement belge a adopté, dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 mai 2024, une loi qui doit permettre aux prostituées qui en font la demande de bénéficier d’un contrat de travail et, par conséquent, d'un statut légal.

La Belgique est le premier pays au monde à prendre une telle décision. Désormais, les prostituées deviendront des salariés comme les autres. Avant, en Belgique, les prostituées avaient le droit d’exercer cette activité avec le statut d’indépendant, bénéficiant cependant de droits limités.

La nouvelle loi leur ouvre droit à la signature d'un contrat de travail, profitant ainsi des droits du travail belge en vigueur. Les travailleurs et travailleuses du sexe pourront toucher les indemnités de chômage, de prendre un congé maternité ou paternité, de cotiser pour la retraite ou d'être couverts par l'Assurance maladie.


Par ailleurs, Pour passer du statut de proxénète à celui d'employeur, ce dernier doit présenter un casier judiciaire vierge et garantir un environnement de travail sécurisé dans des locaux. Aussi, le fait de refuser un partenaire ou des actes sexuels spécifiques ne sera plus une raison de licenciement.

Pour les élus belges, il s'agit d'une mesure visant à lutter contre la criminalité et les réseaux mafieux liés à la prostitution. Si la loi a été adoptée à une très large majorité, celle-ci divise au sein de la société civile belge. Certains collectifs et associations dénoncent une loi qui ne résoudra pas la problématique de la prostitution ni de lutter contre l’exploitation du corps des femmes.

Articles similaires