L’industrie enregistre une hausse d’activité en février 2022 : Activité industrielle, les incertitudes persistent

Si pour les trois prochains mois de l’année 2022, les entreprises s’attendent à une amélioration de l’activité, il n’en reste pas moins que les incertitudes persistent, comme vient de le faire savoir Bank Al-Maghrib (BAM), dans sa dernière note de conjoncture. Selon l’institut d’émission, «pas moins de 31% des entreprises n’ont pas de visibilité quant à l’évolution de la production et 29% pour ce qui est des ventes».

Ceci dit, et dans un contexte de différenciation  sectorielle, la production et les ventes auraient , en effet, progressé dans toutes les branches à l’exception de l'“agro-alimentaire” et de la “chimie et parachimie”, où la production aurait stagné et les ventes auraient reculé, révèle BAM dans son enquête mensuelle, basée sur des données collectées entre le 1er et le 28 février 2022

Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) se serait élevé à 71%, en progression de 2 points par rapport au mois précédent, se situant toutefois en dessous de sa moyenne d’avant crise, précise l’enquête, dont les résultats sont établis sur la base d’un taux de réponse de 66%.

Les commandes auraient, quant à elles, connu une stagnation, recouvrant une baisse dans la “chimie et parachimie”, une stagnation dans l'“agro-alimentaire” et des hausses dans la “mécanique et métallurgie”, le “textile et cuir” et l'“électrique et électronique”. Les carnets de commandes se seraient, pour leur part, situés à un niveau inférieur à la normale dans toutes les branches.