Industrie automobile: Stellantis s'engage sur un sourcing local de 3 milliards d'euros en 2025

Stellantis s’engage à créer environ 3.000 postes d’ingénieurs et techniciens supérieurs en 2022. Ces postes hautement qualifiés viennent en complément des 2.500 emplois de production déjà créés à l’usine de Kénitra.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du partenariat Industriel signé en juin 2015, sous la présidence du roi Mohammed VI, le groupe Stellantis et le Maroc ont franchi une nouvelle étape avec la signature d’un nouvel amendement qui renforce les engagements réciproques dans le développement de la filière industrielle automobile au Maroc.

La cérémonie de signature a eu lieu en présence de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique, et de Samir Cherfan, directeur des opérations Stellantis Moyen-Orient et Afrique. Cette nouvelle étape s’engage au moment où le groupe Stellantis vient d’annoncer que la production de l’Opel Rocks-e, nouveau véhicule électrique répondant à l’évolution des besoins de mobilité, se fera dans son usine de Kénitra, au Maroc, au côté de la Citroën AMI.

Formation de personnels
Dans le détail, Stellantis s’engage ainsi sur un développement du tissu fournisseur local avec une croissance du volume d’achats au Maroc de 2,5 milliards d’euros en 2023 avec une ambition à 3 milliards d’euros en 2025. Il s’agit également de la création d’environ 3.000 postes d’ingénieurs et techniciens supérieurs en 2022. Ces postes hautement qualifiés viennent en complément des 2.500 emplois de production déjà créés à l’usine de Kénitra.

Stellantis s’engage aussi à développer la largeur et la profondeur de l’intégration locale, avec une compétitivité accrue du sourcing en partenariat avec le Maroc, qui soutiendra les efforts d’investissements et assurera la fourniture d’une énergie décarbonée compétitive. «C’est un nouveau tournant pour l’industrie automobile au Maroc.

Cette étape stratégique qu’entame aujourd’hui l’écosystème Stellantis conforte une fois de plus l’attractivité de notre plateforme automobile nationale et son positionnement, qui a, désormais, atteint un niveau d’excellence de renommée internationale», a déclaré Moulay Hafid Elalamy. Et de souligner que «Ce nouvel accord s’inscrit en droite ligne de nos objectifs visant à faire du Maroc la base de production automobile la plus compétitive au monde et à développer l’intégration locale profonde et la mobilité durable. L’avenir du secteur s’annonce prometteur et riche en perspectives».

«Nous sommes heureux de franchir cette nouvelle étape stratégique dans notre partenariat avec le Royaume du Maroc. Après avoir dépassé les objectifs fixés en 2015, ce nouvel accord vise à accélérer le développement de la filière automobile marocaine en contribuant à la formation de personnels marocains et en ciblant une compétitivité au meilleur niveau mondial», a déclaré pour sa part Samir Cherfan.