Faible impact de la pandémie sur les exportations agricoles

LES EXPORTATIONS DES FRUITS ET LÉGUMES ONT AUGMENTÉ DE 9% EN JANVIER 2021

Ces exportations ont totalisé 475.000 tonnes, soit une augmentation de 9% par rapport à la dernière saison agricole. Les mesures de soutien prises par le ministère de l’agriculture au lendemain de l’éclatement de la crise sanitaire ont permis aux agriculteurs de préserver leur capacité de production et d’exportation.

Les fortes pluies, qui se sont abattues récemment sur le pays, ont été certainement d’un grand secours pour nos agriculteurs. Anéantis par la sécheresse des deux dernières années et la crise sanitaire, les agriculteurs retrouvent peu à peu l’espoir. Ce dernier se reflète clairement sur les derniers chiffres révélés par le ministre de l’agriculture et des pêches maritimes, Aziz Akhannouch, lors de son intervention, lundi 25 janvier 2021, au Parlement.

Selon lui, malgré la crise sanitaire et la fermeture des frontières, les exportations marocaines des fruits et légumes n’ont pas été impactées. Jusqu’en janvier 2021, elles ont totalisé 475.000 tonnes, soit une augmentation de 9% par rapport à la même période de la saison précédente. Les volumes exportés se répartissent, en effet, entre 260.000 tonnes de tomates et 286.000 d’agrumes. Le ministre a, en outre, fait état de 477.800 tonnes de produits agricoles transformés (hors sucre et dérivés), en hausse de 12%, dont 69.800 tonnes de fraises congelées (+2%), 21.200 tonnes jus de fruits et nectars (+28%), 813.300 tonnes d’exportations de produits de pêche (+7%).

Il faut dire que l’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour les agriculteurs et les producteurs. Et ce à tous les niveaux en raison de la faiblesse des précipitations et des circonstances de l’état d’urgence sanitaire dans le contexte de la Covid-19. Mais, le Royaume, grâce à la bonne résilience de son agriculture, a su maintenir une cadence de production suffisante pour préserver la tendance haussière des exportations, avec une productivité à des niveaux raisonnables.

Bonne résilience
A peine quelque temps après l’éclatement de la crise pandémique, le ministère de l’agriculture s’est empressé de prendre des mesures rapides et urgentes pour atténuer les répercussions économiques et sociales de cette double crise sur les petits agriculteurs. Les mesures prises vont du soutien au rendement et le rééchelonnement des dettes jusqu’à la prolongation de l’application de la décision ministérielle portant sur l’aide étatique pour l’irrigation au goutte-à-goutte jusqu’à fin 2021. Le secteur agricole a réussi à maintenir une cadence soutenue en matière d’exportations, passant de 17,2 milliards de dirhams en 2010 à près de 40 milliards la saison dernière, soit une progression de 130%.

Cette performance est certainement le fruit des efforts exceptionnels déployés par les producteurs et les exportateurs, mais aussi grâce à l’action de l’Etat à travers l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations et de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires. Ces deux organismes publics, malgré les critiques dont ils font l’objet, se sont révélés pendant la crise actuelle des soutiens inconditionnels aux agriculteurs, qui commencent, grâce aux récentes pluies, à voir l’avenir d’un oeil résolument optimiste.