43,2% des nouveaux immigrants des pays de l'UE âgés de 20 à 35 ans

Rapports sur la mobilité et la migration

Dans sa présentation du rapport “Les jeunes, acteurs du changement: pour un nouveau modèle de mobilité”, le professeur à le European University Institute Philippe Fargues a indiqué que la mobilité a toujours été associée à la jeunesse, notamment le groupe 20-35 ans, qui constituent le segment le plus mobile au sein des populations.

Le Policy center for the new south (PCNS) et le Centre pour l’intégration en Méditerranée (CMI) ont présenté, jeudi 7 octobre 2021 lors d’un webinaire, leurs rapports sur la mobilité et la migration dans le pourtour méditerranéen en faisant la distinction entre ces deux termes, souvent utilisés de manière interchangeable.

Placé sous le thème «Regards croisés sur la mobilité et la migration en Méditerranée», ce webinaire, co-organisé par le PCNS et le CMI, propose une analyse croisée des questions de migration et de mobilité en Méditerranée à travers la présentation de deux rapports réalisés chacun par des chercheurs relevant des deux centres de réflexion. Reconnaissant tous deux l’importance de la mobilité au niveau de l’éducation tertiaire, le premier document, réalisé dans le cadre de rencontres organisées par le CMI, adopte une vision pluridisciplinaire et fait le lien entre la mobilité, l’éducation, l’employabilité et les marchés du travail. Le second, du PCNS, s’intéresse plus particulièrement aux obstacles que rencontrent les jeunes chercheurs du Sud face à l’accès à la mobilité scientifique.

Il s’agit là de mettre en lumière la mobilité, un phénomène du mouvement humain qui s’est progressivement substitué au terme migration dans la sphère politique et dans la recherche, illustrant ainsi une nouvelle gestion politique des flux de populations et l’intérêt porté à de nouvelles modalités de déplacement.

Dans sa présentation du rapport du CMI «Les jeunes, acteurs du changement: pour un nouveau modèle de mobilité», le professeur à le European University Institute Philippe Fargues a indiqué que la mobilité a toujours été associée à la jeunesse, notamment le groupe 20-35 ans, qui constituent le segment le plus mobile au sein des populations.

Critère favorable au progrès
Notant que 43,2% des nouveaux immigrants des pays de l’Union européenne appartiennent à cette catégorie, M. Fargues a souligné que, dans la rive nord de la Méditerranée, moins de 25% de la population sont âgés de moins de 25 ans, alors que, dans la rive sud, les jeunes adultes représentent plus de 50% de la population.

«Cette proportion exceptionnelle des jeunes adultes dans les pays du sud est à la fois une chance et un défi», a-t-il dit lors de l’atelier de présentation modéré par la manager du programme Capital humain au CMI et contributrice au rapport, Giulia Marchesini, expliquant que ce phénomène, appelé «dividende démographique», est considéré par les spécialistes comme un critère favorable au progrès.

Après avoir affirmé que la favorisation de la mobilité revient à accroître l’intégration régionale et internationale, le démographe a relevé que 3,5% de la population mondiale sont migrants, contre 9,9% pour les pays du sud de la Méditerranée, des pays dont «l’indice de migration nette potentielle» est négatif, à l’inverse des pays du nord.

Articles similaires