Rencontre avec Imad El Hafidi, médecin spécialisé en gériatrie et gérontologie

Au service des personnes âgées

Marocain installé à Paris, Imad El Hafidi dirige une clinique pluridisciplinaire. Il compte apporter son expertise pour développer au Maroc le domaine de la prise en charge des personnes âgées.

Un passionné d’un domaine de santé publique méconnu chez nous, la gériatrie (médecine des personnes âgées). Imad El Hafidi l’est assurément, lui le spécialiste, entre autres, en gériatrie et en gérontologie et qui dirige une clinique multidisciplinaire à Paris. De passage au Maroc en cette mi-juillet 2022, où il a rencontré, le 19 juillet, Abdellah Boussouf, secrétaire général du CCME (Conseil consultatif des Marocains de l’étranger).

Rencontre axée sur la contribution des compétences marocaines de l’étranger à la mise en oeuvre du Nouveau modèle du développement et surtout à la réussite du chantier de réforme de la santé au Maroc dont le projet a été adopté en conseil des ministres… «Les compétences marocaines du monde veulent contribuer à la mise en oeuvre des orientations royales…», précise M. El Hafidi. Il ne manque pas de rappeler dans sa rencontre avec Maroc Hebdo qu’il préside, depuis sa création il y a un an, l’Alliance euro-marocaine de gériatrie et gérontologie et qu’il dirige à l’université Mohammed VI de la santé de Casablanca un diplôme de gériatrie et gérontologie, une spécialité qui lui tient à coeur.

Transition démographique
«Le Maroc vit une phase de transition démographique et sociétale. Il faut savoir qu’actuellement, l’espérance de vie y est de 75 ans chez les hommes et 76 ans chez les femmes alors qu’elle n’était que de 48 ans juste après l’indépendance de notre pays. Ainsi, il est primordial de partager les expériences pour une meilleure qualité de prise en charge d’une population vulnérable et fragile, qui est celle des personnes âgées. Pour cela, la formation reste un élément clé de la réforme de la santé. La refonte du système de santé passe inéluctablement par une formation adaptée», dit-il.

Il précise que la formation concerne non seulement les médecins et personnel soignant, mais tous les partenaires qui interviennent dans le parcours de soin des personnes âgées, dont les administrateurs, les gestionnaires, les politiques... Il ne faut pas oublier que la population des personnes âgées, à partir de 70 ans, est en croissance rapide et que sa «demande en matière de soins et de prise en charge grandit également alors que le Maroc n’a pas suffisamment de professionnels pour y répondre», ajoute M. El Hafidi.

Des besoins spécifiques
Et pour assurer une meilleure qualité de prise en charge, il faut également encourager la recherche scientifique et l’implémenter davantage dans nos systèmes académiques. Encourager l’innovation peut constituer un moyen d’améliorer ces parcours de soin grâce à la télémédecine, explique-t-il. Revenant sur la formation qu’il assure à Casablanca, M. El Hafidi souligne que l’objectif est de donner aux lauréats les outils nécessaires pour assurer, à terme, «une meilleure prise en charge des personnes âgées, à travers une formation qui combine, à la fois, la théorie et la pratique.

On a un panel de lauréats très diversifié. Il y a, entre autres, des spécialistes de la neurologie, de la médecine générale, de la rhumatologie, des urgences, etc. La gériatrie est un véritable océan. Ce diplôme est une formation double, à destination des médecins et des autres professionnels de Santé. Son but est de former des équipes capables de mieux appréhender et prendre en charge une population avec des besoins spécifiques.

Ce qui nous intéresse à travers ladite formation est qu’il y ait des indicateurs sur le terrain pour montrer l’impact de la formation dans les pratiques. La culture gériatrique ne doit pas concerner uniquement les professionnels de la Santé, mais intéresser tous nos concitoyens et les entités qui travaillent au service des personnes âgées.» M. El Hafidi considère qu’être au service des personnes âgées est la moindre des choses que l’on puisse faire pour eux. «C’est tellement gratifiant pour moi», dit-il.