L'HYPOCRISIE FRANÇAISE

Le tweet hasardeux de Gérard Araud

L’ancien représentant français aux Nations-Unies s’est fendu d’un tweet accusant le Maroc de “chantage au Sahara occidental”. Un “dérapage” qui en dit long sur le rapport de la France à ce dossier.

Réagissant à l’information selon laquelle le Maroc n’a toujours pas d’ambassadeur à Paris, l’ancien représentant français à l’ONU, Gérard Araud, a créé une vive polémique sur le réseau social Twitter. Selon lui, c’est “le chantage habituel du Maroc au Sahara occidental, à la suite de la volte-face américaine”. Il ajoute par ailleurs que la France a été “la seule à défendre les intérêts marocains au Conseil de Sécurité”.

La terminologie utilisée n’est pas anodine ici, en tant que diplomate, Gérard Araud n’utilise pas les mots de manière désinvolte. Ainsi le fait que du point du vue français l’on parle de “chantage” reflète le décalage absolu entre les élites politiques de l’hexagone et la réalité du terrain. Rappelons que pour le Maroc, la question du Sahara est celle du parachèvement de l’intégrité territoriale. L’empire chérifien ayant été morcelé par les puissances coloniales, la France a donc, aux côtés de l’Espagne, une responsabilité historique dans ce conflit qui empêche une éventuelle intégration maghrébine.

La résolution du différend dans le cadre de la souveraineté marocaine, seule issue possible, est donc un moyen de dépasser un statu quo qui représente une véritable épine dans le pied du développement économique du Maroc. La sortie de Gérard Araud montre que Paris est profondément attachée à ce fameux statu quo, que le but réel de son double jeu en Afrique du Nord (tantôt proche d’Alger, tantôt de Rabat) est celle d’un maintien d’un équilibre précaire basé sur un appauvrissement économique des Etats, et surtout une subordination politique aux volontés européennes, et françaises en particulier.

Le dépassement du dossier saharien est donc une question existentielle pour le Maroc. Rappelons à ce titre le discours de Sa Majesté le 20 août 2022, à l’occasion de la commémoration de la Révolution du Roi et du Peuple. “Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international. C’est aussi clairement et simplement l’aune qui mesure la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats qu’il établit”.

Ça a le mérite d’être clair. Et le fait que la France, que pourtant beaucoup considéraient il y a peu comme un allié “traditionnel” du royaume, ne s’aligne pas sur la position américaine, traduit une posture de faux-ami. Car c’est un secret de polichinelle. En franchissant le pas, Macron risque de froisser ses alliés algériens. Les réseaux de la DRS (mosquée de Paris et ses dépendances) ont appelé à voter pour l’ancien ministre de Hollande dès le premier tour en 2017 et 2022.

Ajoutez à cela une diaspora bruyante et un chantage au gaz, et vous obtenez une France qui se couche totalement devant le diktat d’Alger. Raison pour laquelle Gérard Araud considère la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara comme une “volte-face”. L’administration Trump, en acceptant l’évidence, a enlevé à la France son petit pré carré où elle tirait les ficelles nourries par un conflit artificiel créé de toute pièce par son ancienne colonie. Le fait que le Maroc sort gagnant de son bras de fer avec l’Algérie irrite profondément la Macronie, qui ne supporte pas que le Royaume ne marche plus en claudiquant, mais désormais le buste altier...

Articles similaires