Hommage posthume aux martyrs

Décès de deux médecins

Sur les 71 victimes du nouveau coronavirus, on décompte deux médecins. Il s’agit en l’occurrence de Meryem Assiad, médecin à l’hôpital Mohammed V de Casablanca, et de Noureddine Benyahya, médecin retraité dans la ville de Meknès. Ils ont rendu l’âme alors qu’ils avaient encore de la volonté pour apporter de l’aide à leurs concitoyens et les sensibiliser autant que faire se peut. Ils sont décédés en accomplissant leur mission. Car, contrairement à l’idée véhiculée par le communiqué du ministère de la Santé, qui insiste sur le fait que «que les deux médecins ont été contaminés au Covid- 19 en côtoyant une personne positive et non durant l’exercice de leur profession», il n’y a pas un seul médecin qui, en enlevant son tablier, se désengage de sa mission humaniste.

Tout médecin prête le serment d’Hippocrate, considéré comme l’un des textes fondateurs de la déontologie médicale. «(…) J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité. Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.”, lit-on dans ce serment. Que le ministère de la Santé cherche à ne pas répandre la psychose parmi les médecins ou parmi les familles des malades infectés, c’est une réflexion à discuter. Mais si on cherche à leur ôter l’honneur d’avoir rendu l’âme en se sacrifiant pour préserver la vie des autres, c’est inacceptable.

Car en dehors de l’hôpital où ils exercent ou de leurs cabinets, les médecins sont très sollicités voire harcelés par les temps qui courent. On leur demande toutes sortes d’informations au sujet de la pandémie ou de maladies chroniques en relation avec la pandémie. Ils sont un modèle d’abnégation et particulièrement ceux qui sont sur le front, dans la lutte contre le virus mortel, en train de se démener pour sauver des vies. C’est un hommage posthume aux deux médecins décédés et un hommage à ceux encore de ce monde qui se battent, avec le peu de moyens dont ils disposent, pour préserver des vies au risque d’en perdre la leur.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger