CGAM Hssabe 970X250

Entretien avec Hind Kadi Hamman, Artiste-peintre

"Dans mon monde, l'âme habite le corps, joue le rôle de l'orchestre et crée son harmonie"

Née à Fès en 1994, Hind Kadi Hamman est une artiste peintre contemporaine autodidacte. Ayant peint depuis l’enfance, elle a développé un amour profond pour la texture et les ombres. Son travail consiste à utiliser des visuels pour mettre en valeur l’âme humaine, un monde passionnant d’histoires et de mystères infinis, selon elle.

Vous exposez actuellement vos dernières oeuvres à la galerie Living 4 Art, à Casablanca, du 16 au 30 janvier 2021. Que voudriez-vous refléter à travers cette exposition, intitulée «Reflet»?
Cette exposition est une invitation à mieux contempler et observer la beauté du changement, y trouver du sens et de l’harmonie même en circonstances d’incertitude et de détresse. Mon intention est d’évoquer des émotions puissantes éveillant la curiosité et le sens naturel de l’observation et de l’analyse profonde.

Se reflétant de personnages mystérieux, qui peuvent d’ailleurs nous représenter, mes toiles nous rappellent que nous pouvons trouver de la puissance dans l’intimité, le courage et la force du caractère. Prenant conscience du rôle de l’art dans les temps incertains, je tiens à souligner que nous avons tous ce pouvoir noble qui nous permet de retrouver notre paix et notre harmonie internes, ainsi que de faire renaître la magie perdue du miracle de la vie.

Comment définissez-vous votre style et technique artistiques?
Je me retrouve dans l’art contemporain figuratif. L’évolution de mon style est dirigée vers le minimalisme à caractère sobre, toutefois puissant et intense. J’utilise une palette en noir et blanc avec des touches de couleurs chaleureuses, principalement rouge et jaune, ainsi que des préparations diverses. Je travaille avec des brosses, pinceaux, spatules, graphite et éponges en acrylique sur toile ou sur papier.

Vous êtes passionnée par l’âme humaine, que vous mettez toujours en valeur dans vos toiles. Quel message voudriez-vous véhiculer à travers ces représentations?
Nous vivons aujourd’hui dans un monde physique avec des lois expérimentales dominantes, où il y a peu d’accès ou de liberté à la réinvention. L’âme est l’essence de l’être. Les distractions quotidiennes ainsi que les normes prédéfinies du chemin vers le bonheur et le succès nous cèdent doucement à la misère. Dans mon monde, l’âme habite le corps, joue le rôle de l’orchestre et crée son harmonie. Une harmonie qui ne peut exister sans liberté. Mes oeuvres représentent des formes en silhouettes noires qui démontrent l’état d’esprit, libre et pointu, de mes personnages, tout en accentuant les émotions avec des touches abstraites minimales de couleurs chaleureuses.

Par les silhouettes qu’on retrouve dans mes toiles, je vise à transmettre le sentiment du calme, de la paix intérieure, de la force du caractère et de l’équilibre. Tous ces éléments constituent, dans mon univers, une recette vers la transcendance et la gloire de l’âme, une âme libre dans un corps harmonieux conduit par son vrai potentiel sans interruptions. Je puise mon inspiration des relations et de la condition humaines, de la spiritualité, et aussi de la nature.

Vous êtes ingénieure, lauréate d’Al Akhawayn University avec une expérience professionnelle en marketing. Comment vous êtes-vous retrouvée dans le monde artistique?
J’ai commencé à dessiner à un très jeune âge. Je me rappelle qu’avec mon frère, entre mes 5 et 10 ans, nous avons créé une habitude échappatoire, de compétition de dessin de caractères de bandes dessinées. Mais le déclic est venu à mes 13 ans. Je m’ennuyais devant ma mère qui mettait l’une de ses petites robes d’été dans une position qui m’a juste inspirée à en faire un petit dessin réaliste.

Lorsque j’ai terminé mon dessin, j’ai été surprise de découvrir mes capacités. J’ai par la suite commencé à réaliser d’autres portraits. Mais ceci ne m’a pas empêchée de poursuivre sérieusement mes études.

J’ai été particulièrement intéressée par les sciences mathématiques et physiques. J’ai obtenu mon baccalauréat en sciences physiques avec mention «très bien» et décidé, par la suite, d’étudier l’ingénierie. Pendant mes années universitaires, j’ai pu avoir un atelier car j’avais créé un club d’art au sein de l’université. Je devais tout le temps équilibrer entre mes études et ma passion pour l’art, la peinture mais aussi la musique. Malgré tous les conseils que j’ai pu avoir, j’ai choisi de ne pas choisir.

J’ai toujours su ce qui avait un sens au fond de moi-même et que tout ce que j’ai poursuivi rigoureusement m’a permis de me construire et de trouver ma vocation finale. Suite à ma diplomation, j’ai eu la chance de travailler en marketing du luxe. Chaque jour, après le boulot, je m’adonnais, parfois jusqu’à l’aube, à ma première passion, la peinture. Il a fallu un jour que je décide après m’être perdue dans un monde auquel je n’appartenais pas. J’ai fini par trouver les réponses à toutes mes questions.

Mes valeurs et dévotions sont devenues claires. J’ai donc compris qu’il fallait arrêter immédiatement et retourner à moimême. Tout avait du sens et la suite des évènements s’est passée comme de la magie continue.