Hicham Dguig, la légende discrète

Le sélectionneur national de futsal vient de remporter son 4e titre avec le Maroc

La sélection marocaine de futsal est aux anges depuis quelques années. Un homme derrière cette période faste: Hicham Dguig, le sélectionneur dont le nom est à mettre dans le panthéon du sport marocain.

“Il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir. Plus on gagne, plus nos ambitions grandissent. La compétition sur le plan mondial est encore plus difficile (..) Nous sommes conscients qu’il faut se renouveler et s’améliorer constamment pour rester au sommet”, le ton ferme et le visage grave, Hicham Dguig ne montre pas le moindre signe de joie.

Pourtant, l’entraîneur de la sélection marocaine de futsal vient de rentrer un peu plus dans l’histoire, après avoir remporté, mardi 28 juin 2022 en Arabie Saoudite, son 2e titre consécutif en Coupe arabe après avoir battu l’Irak sur le score de 3 buts à 0. Une belle manière de couronner un tournoi parfait à tous les niveaux pour le technicien de 50 ans et ses poulains, qui ont survolé la concurrence avec 6 victoires en autant de match, et 46 buts inscrits contre 6 encaissés seulement.

Il faut dire que depuis l’arrivée de Hicham Dguig aux commandes de la sélection en 2010, le futsal marocain connaît une véritable révolution, au point de devenir la plus grande puissance sur les plans arabe et africain. Une reconversion parfaite pour celui qui, en tant que joueur, a porté les couleurs de la section futsal du KAC de Kénitra -sa ville natale et capitale de la discipline dans le Royaume-, et de l’équipe nationale entre 2000 et 2007.

L’enfant béni de la ville «helala» peut se targuer d’être derrière l’intégralité du palmarès du Royaume: deux coupes d’Afrique des nations remportées en 2016 et 2020, et deux coupes arabes en 2021 et 2022. À cela s’ajoutent plusieurs participations à la coupe du monde depuis l’édition de 2012 en Thaïlande. Mais Hicham Dguig a surtout réussi à élever la popularité de ce sport, jadis oublié, à un niveau inédit auprès du public marocain.

Anas El-Ayyane, Abdellatif Fati, Soufiane El Mesrar, pour ne citer qu’eux. Qui aurait pensé qu’un jour, les supporters marocains allaient scander et mémoriser les noms des stars de la sélection de futsal? Peut-être même plus que ceux des joueurs de l’équipe nationale de football. Voilà donc l’exploit le plus impressionnant du technicien: réussir à créer un collectif redoutable et soudé, désormais classé 9e rang au monde, avec des individus extrêmement talentueux mais humbles et prêts à se sacrifier pour l’équipe.

Viser plus haut
Outre les performances très honorables lors des compétitions internationales, Hicham Dguig a par dessus tout le mérite d’avoir su instaurer un climat de stabilité et de continuité au sein de toute la direction technique, profitant du très grand soutien du président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, qui a fait confiance au projet du sélectionneur. Serait-il alors temps de viser plus haut, et faire ce qu’aucune équipe marocaine de sport collectif n’a pu faire jusqu’à maintenant: atteindre une finale de coupe du monde, voire la remporter?

L’expérience et la maturité de Hicham Dguig et de son groupe ont déjà atteint un niveau incroyable lors de l’édition de 2021 en Lituanie, où les Lions de l’Atlas ont atteint le stade des quarts de finale pour la première fois leur histoire, avant de s’incliner de justesse face au quintuple champion du monde, le Brésil, sur le score de 1 but à 0. “Je veux gagner la prochaine coupe du monde”, avouait Dguig à des médias marocains, quelques jours après le retour de Lituanie. Ce qui paraissait comme un pari fou il y a quelques années, est devenu une ambition tout à fait légitime pour beaucoup de Marocains.

Articles similaires