Le Hezbollah revendique sa plus grosse attaque contre Israël depuis le début du conflit à Gaza


Le Hezbollah a lancé jeudi un barrage de missiles et de drones contre des casernes et des centres militaires israéliens, deux jours après qu'une frappe israélienne dans le sud-est du Liban a tué un haut commandant et trois autres membres du groupe armé libanais. Le Hezbollah a indiqué dans un communiqué qu'il avait utilisé des missiles, des drones, des roquettes Katioucha et des missiles Falaq pour cibler six casernes et sites militaires israéliens "en réponse à l'assassinat perpétré par l'ennemi sioniste dans la ville de Jouaiya". L'attaque de mardi a touché une maison à Jouaiya, tuant le commandant Sami Taleb Abdallah et trois de ses compagnons.


Par ailleurs, le Hezbollah a déclaré que ses combattants avaient utilisé plusieurs escadrons pour attaquer la base de David, siège du commandement du nord d'Israël, la base de Mishar, principale unité de renseignement de la région nord d'Israël, et la caserne de Katsavia, siège de la septième brigade blindée de la 210e division du Golan. Une source militaire libanaise a expliqué à Xinhua que les postes d'observation de l'armée libanaise avaient surveillé jeudi le lancement d'environ 150 missiles sol-sol et d'une vingtaine de drones depuis le Liban vers le nord d'Israël.

"Les drones et avions de combat israéliens ont effectué jeudi 16 raids sur huit villes, villages et zones ouvertes dans la région frontalière et la région de Jezzine, dans le sud du Liban, ce qui a provoqué plusieurs incendies et des dégâts matériels pour des dizaines d'habitations", a ajouté la source. En parallèle, la chaîne Al Jazeera a cité une source officielle du Hezbollah affirmant que l'attaque de ce jeudi était la plus grosse dans le nord d'Israël depuis le début des confrontations à la frontière libano-israélienne le 8 octobre 2023.

Articles similaires