Hépatites aigues : Près de 400 cas dans le monde, le Maroc épargné

Les cas d’hépatites aigues qui touchent les enfants continuent d’augmenter dans le monde. La méconnaissance de son origine complique le travail des spécialistes. D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 348 cas probables ont été identifiés dans vingt pays. «A l’heure actuelle, les principales hypothèses restent celles qui impliquent l’adénovirus, en prenant également en considération de façon importante le rôle du Covid, soit en tant que co-infection, soit en tant qu’infection antérieure», a déclaré Philippa Easterbrook, responsable senior du programme mondial de l’OMS sur l’hépatite, lors d’une conférence de presse organisée le mardi 10 mai 2022.  Le Royaume-Uni est le pays le plus touché avec 160 cas, devant les Etats-Unis, où les autorités sanitaires ont identifié 109 cas, dont cinq décès. «La Grande-Bretagne a coordonné un ensemble d’études portant sur les gènes des enfants touchés, leur réponse immunitaire, les virus et d’autres études épidémiologiques», affirme-t-elle.

Le Maroc n’a enregistré aucun cas cette hépatite inconnue, d’après la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies du ministère de la Santé. Dans un document officiel daté du 6 mai 2022, elle publiait les différentes statistiques de cette maladie au niveau mondial et révélait que cette pathologie se manifeste à travers plusieurs symptômes tels que la jaunisse (74% des cas), les vomissements (72,8%), les selles décolorées (58%), la diarrhée (49,4%), les nausées (39,5%), la léthargie (55,6%), la fièvre ((29,6%) et, moins fréquemment, les signes respiratoires (19,8%). Elle précise que 53,1% des cas ont été déclarés guéris, dont trois transplantés. Aux parents de redoubler de vigilance et d’amener leurs enfants chez le pédiatre en cas d’apparition de ces signes cliniques.

 

E.S