L’hécatombe est de retour sur nos routes

RECRUDESCENCE DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION À LA VEILLE DU DÉCONFINEMENT

Le bilan des accidents entre le 18 et le 24 mai 2020 est assez lourd: 7 mort et plus de 760 personnes blessés.

Après une période d’accalmie pendant laquelle les accidents de la circulation ont baissé de 80% entre le 20 mars 2020, date à laquelle est entré en vigueur l’état d’urgence sanitaire et le 20 avril, voilà que les accidents de la route reprennent de plus belle. Selon les nouvelles statistiques de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), la situation a particulièrement dégénéré entre le 18 et le 24 mai 2020.

Cette semaine a précédé les fêtes de l’Aïd El Fitr et intervient au moment où le non-respect de l’état d’urgence sanitaire commence à se manifester avec beaucoup d’ostentation dans les grandes villes du Maroc. Le bilan humain de ces accidents est assez lourd: 7 personnes ont trouvé la mort et plus de 760 personnes ont été blessées, dont une trentaine très grièvement. Ces pertes humaines sont causées par plus de 600 accidents survenus essentiellement en périmètre urbain, dont une bonne partie sur les autoroutes.

Irresponsabilité et incivilité
Ces accidents sont dus, comme pendant l’époque d’avant la crise sanitaire, à de très nombreux facteurs, dont principalement le non respect de la priorité, l’inadvertance des conducteurs, l’excès de vitesse, le non respect de la distance de sécurité, la perte de contrôle, la circulation sur la voie de gauche, le non-respect des feux de signalisation et la circulation en sens interdit. Ces accidents surviennent et reprennent en intensité malgré toutes les opérations de contrôle effectuées par les services de la police qui ne baissent pas la garde sur les routes. Ainsi, les services de la sécurité ont enregistré plus de 9.000 contraventions et rédigé environ 5.000 procès-verbaux qui ont été soumis au parquet général, alors que plus de 4.400 amendes transactionnelles ont été recouvrées.

En dépit de ce dispositif répressif, la situation ne s’améliore malheureusement pas sur nos routes. Sauf pendant la première période de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, qui a connu une chute importante du nombre des accidents de la circulation. Confinement oblige, les accidents ont baissé de 80% en un mois. Du jamais vu en période de circulation normale. Le bilan humain a également enregistré une forte baisse. De 60 morts enregistrés en période normale, le chiffre est passé à 20 morts pendant le confinement.

Soit une baisse d’environ 65%. Il faut dire que ce phénomène, devenu au fil des années une véritable hécatombe, se heurte toujours aux stratégies gouvernementales et autres nouvelles lois du parlement pour mettre un terme à sa propagation. Tels un virus, ces accidents se propagent à une vitesse incroyable, provoquant chaque année plusieurs centaines de pertes humaines. Nouveau code de la route, dispositif de contrôle renforcé sur les routes, campagnes répétitives de sensibilisation dans les médias, rien n’a servi à stopper l’hémorragie. Une situation qui continue à empoisonner l’économie nationale avec plus d’un milliard de dirhams de pertes financières provoquées par les accidents de la circulation.

Articles similaires