Selon le HCP, trois régions ont créé 58% de la richesse nationale en 2019

Quand le développement ne profite qu’à quelques régions

Les disparités quant à la création de la richesse entre les régions s’accentuent.

Les disparités quant à la création de la richesse entre les régions se sont accentuées, relève le HCP, dans une note d’information relative aux comptes régionaux de l’année 2019. Les analystes du département que dirige Ahmed Lahlimi, n’ont pas manqué, à cet effet, de relever que l’écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 62,7 milliards de dirhams en 2018 à 63,9 milliards de dirhams en 2019.

Ce ne sont que trois régions qui se sont accaparés la part du lion, à savoir Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Elles ont créé, en effet, 58% du Produit intérieur brut (PIB) à prix courants au titre de l’année 2019, comme le souligne le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

A tout seigneur tout honneur, Casablanca-Settat a crée 31,8% de la richesse nationale, tandis que Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan- Al Hoceima, les deux poles position qui suivent, elles ont contribué respectivement, à hauteur de 15,3% et 10,9%, précise le HCP Les autres régions et qui sont au nombre de cinq, elles n’ont généré que 34,7% du PIB, à savoir, les Régions de Marrakech-Safi avec 8,5%, Fès-Meknès (8,4%), Souss-Massa (6,7%), Béni Mellal-Khénifra (6%) et l’Oriental (5,1%).

Le reste des régions constitué des régions de Drâa-Tafilalet et des trois régions du sud, elles n’ont contribué qu’à hauteur de 7,1% à la création de PIB en valeur, avec 2,6% et 4,5% respectivement. Ce qui confirme le caractère dissymétrique du développement régional. Un rééquilibrage territorial s’impose, alors, plus que jamais.