Hausse importante de la production des phosphates au 1er trimestre 2021

L'atout de l’économie marocaine face à la crise

Alors que plusieurs secteurs économiques s’enfoncent dans la crise à cause de la pandémie, les phosphates et dérivés enregistrent les meilleures performances de production. Des niveaux satisfaisants qui ont permis au groupe OCP de se distinguer par des résultats commerciaux et financiers remarquables.

Les phosphates demeurent, sans aucun conteste, malgré le contexte sanitaire difficile, l’un des secteurs industriels les plus performants de l’économie marocaine. Selon une récente note d’information réalisée par la direction des études et des prévisions financières relevant du ministère de l’économie et des finances, la production des phosphates et dérivés a enregistré une bonne performance durant les trois premiers mois de l’année 2021.

Le secteur extractif a ainsi clôturé le premier trimestre 2021 sur une hausse de la production de phosphate roche, principale composante du secteur, de 6,6%, après une quasi-stagnation l’année précédente (+0,1%).

De son côté, la production des dérivés de phosphate s’est renforcée de 6,4%, suite à la consolidation de la production de l’acide phosphorique de 11,5% et de celle des engrais de 3,4%. Ladite note fait aussi ressortir qu’au titre de la même période, la valeur des exportations de phosphates et dérivés s’est renforcée de 21,7%, bénéficiant d’un raffermissement au mois de mars de 42,3%, après +3,9% en février et +12,6% en janvier 2021.

Bonne performance
L’évolution du mois de mars recouvre le renforcement des expéditions de phosphate roche (+23,8% en valeur et +18,3% en volume) et de ses dérivés (+45,7% en valeur et +24,5% en volume). Des chiffres de production qui mettent du baume au coeur à l’heure où les marchés internationaux ont connu des situations de perturbation voire parfois d’arrêt total en raison de la pandémie.

Il faut dire que ces bons niveaux de production des phosphates et dérivés ont rejailli d’une manière directe et positive sur les résultats financiers du premier groupe industriel du Royaume. L’OCP a ainsi réalisé au cours du premier trimestre 2021 un chiffre d’affaires en augmentation de 16,4%, pour s’élever à 14,3 milliards de dirhams.

Cette bonne performance est attribuable à la hausse des volumes exportés dans toutes les catégories de produits (engrais phosphatés, acide phosphorique et roche phosphatée essentiellement) ainsi qu’à des prix plus élevés sur le marché, tirés par une demande soutenue.

Avec l’amélioration des tarifs d’écoulement de ses produits, l’OCP a pu largement compenser la hausse des coûts d’approvisionnement en matières premières comme le soufre, ce qui s’est traduit par une hausse de la marge brute à 9,2 milliards de dirhams (+23%).

Par ailleurs, l’entreprise a enregistré un EBITDA en hausse de 60% à 5,3 milliards de dirhams grâce à une meilleure efficacité dans ses opérations. Si ces différents indicateurs dans le vert démontrent la solidité financière du groupe, il faut souligner toutefois que les dépenses d’investissement du groupe ont baissé de 17,6%, à 1,75 milliard de dirhams, sur le premier trimestre 2021.

Il s’agit de la première fois que ce budget passe sous la barre des 2 milliards de dirhams depuis 2017. Considéré comme le leader mondial de la production des phosphates, l’OCP s’accapare 24% des parts du marché mondial des engrais phosphatés contre 49% pour l’acide phosphorique.

Articles similaires