Hausse des prix des produits alimentaires: Le ministère de l'agriculture fait le point

Face à la grogne populaire qui monte en puissance contre la hausse des prix des produits alimentaires, le ministère de l’agriculture est sorti de son mutisme pour expliquer vaguement que ce sont les produits alimentaires importés ou dont la production utilise des matières premières étrangères qui connaissent des fluctuations importantes à la hausse.

La hausse des prix des produits alimentaires ne cesse d’enflammer les discussions et les appels à protester sur les réseaux sociaux. Pendant les dernières manifestations populaires sur la légalité de rendre obligatoire le pass sanitaire, qui ont éclaté dans plusieurs villes du Royaume, dimanche 31 octobre 2021, les Marocains ont brandi des pancartes de protestation appelant le gouvernement à agir sur les prix qui ont fortement augmenté ces dernières semaines.

De son côté, le gouvernement nie être à l’origine de ces augmentations. Le ministre délégué au budget, Faouzi Lekjaa, avait affirmé que ce gouvernement n’est pas responsable de la hausse des prix vu sa récente formation. Pour appuyer ces propos, le ministère de l’agriculture et des pêches maritimes, a diffusé, mardi 2 novembre 2021, un communiqué où il apporte des précisions sur la situation du marché alimentaire dans le pays.

Pour le ministère, le marché national connait une disponibilité suffisante en produits alimentaires permettant de répondre aux besoins de consommation. Quant aux prix, ils varient selon l’origine du produit. Ainsi, les produits alimentaires issus de la production nationale connaissent des niveaux de prix stables ou en baisse par rapport à la même période de l’année 2020. Par contre, les produits alimentaires importés, ou dont la production utilise des matières premières importées, connaissent des fluctuations à la hausse.

Absence de contrôle
A ce titre, pour le ministère, il est important de rappeler quelques éléments du contexte national et international. Le contexte national est marqué par les effets positifs de la campagne agricole 2020-2021, notamment la bonne production des céréales et les bonnes performances de la plupart des filières agricoles.

Le contexte international est, quant à lui, marqué par la hausse des prix des matières premières et des produits agricoles en raison d’une multitude de facteurs, dont la persistance des effets de la crise du Covid-19, les mauvaises conditions climatiques dans plusieurs régions de production dans le monde, le lancement simultané des plans de relance économique ayant induit une accélération de la demande mondiale sur les matières premières, la hausse des prix de l’énergie ainsi que les fortes hausses des prix du fret maritime et du transport de marchandises.

Mais, pour plusieurs experts, le ministère omet de mettre en avant certaines pratiques commerciales illégales employées par les commerçants. Dont la fraude sur les volumes empaquetés, qui touche en grande partie l’industrie du thé. Autre critique adressée au ministère: l’absence d’une agence national qui suit et contrôle la fraude commerciale à tous les niveaux de la chaîne de distribution.