Hausse du prix du carburant : Les stations-service montent au créneau

Confrontés à une conjoncture économique qui met en péril plusieurs membres affiliés, très pénalisés par la flambée du prix des carburants à la pompe, les membres de la fédération des stations de service au Maroc brandissent la menace d’une grève nationale.

Dans un communiqué diffusé ce lundi 11 avril 2022, la Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants des stations de service au Maroc (FNPCGS) interpelle le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable que dirige Leila Benali, devant la flambée constatée du prix des carburants à la pompe, et devant l’incapacité de ses membres à faire face à la hausse des charges depuis plusieurs mois.

Dénonçant le mutisme de ce ministère, devant la situation difficile que traverse ce secteur, la fédération appelle la tutelle à ouvrir le dialogue avec les professionnels afin d'instaurer des mesures à même d'accompagner les stations-services, et tout particulièrement celles se rapportant aux dispositions du Code des hydrocarbures. Objectif: aider les acteurs du secteur à dépasser la conjoncture, sans compromettre leur équilibre financier.

La FNPCGS demande donc une exonération de la cotisation minimale, dont le montant est calculé sur la base du chiffre d'affaires, et explique que «l’augmentation vertigineuse du chiffre d'affaires du fait de la flambée du prix des carburants ne reflète aucunement la réalité des bénéfices des propriétaires de stations-services étant donné que les marges réalisées sont fixes quel que soit le prix de vente aux consommateurs».

Tout en affichant affiche son intention de saisir le Conseil de la concurrence afin de garantir la protection de ses adhérents, et de préserver le pouvoir d’achat des citoyens, la fédération appelle , dans son communiqué, l’ensemble de ses membres à «se mobiliser et se préparer à une grève nationale générale, si le silence de la tutelle perdure».