HASSAN EL KETTANI, CHEIKH SALAFISTE

Hassan El Kettani : "Tout débat en dehors du cadre de la Chariâa est inacceptable"


Contacté par Maroc Hebdo, mardi 2 avril dans la soirée, Hassan El Kettani, cheikh salafiste, n’y va pas par quatre chemins. Il jette le bébé avec l’eau du bain. A la question d’avoir son opinion sur la réforme de la Moudawana, notamment le volet concernant l’héritage ou encore le mariage des mineurs, il dit : «Je refuse catégoriquement de rentrer dans ce genre de discussions ou de débat. Il ne s’agit pas d’articles à modifier ou à revoir dont on peut discuter.


Je rejette l’approche qui a présidé aux travaux de la commission chargée de la révision de la Moudawana, laquelle approche est le produit des courants laïcs. J’aurais pu apporter ma modeste contribution si la réforme a été basée sur les textes de la religion, à savoir le Coran et la Sunna. C’est dans ce cadre et dans ce cadre-là uniquement que l’on peut parler réforme du code de la famille en tant que musulmans et en tant que pays musulman.» Il ajoute ne pas s’inscrire contre le développement du pays, mais «se révolter contre toute atteinte aux préceptes de l’Islam. Tout débat en dehors du cadre de la Chariâa est inacceptable. Je refuse cette approche consistant à vouloir adapter les textes de la Chariâa, y compris le Coran, au contexte actuel et aux désirs des uns et des autres».

Pour lui, la société marocaine est toujours la même, toujours attachée à l’Islam. «De quelle société parlent ces laïcs qui veulent transposer au Maroc le modèle européen ou occidental dont ils rêvent? Un modèle basé sur la dépravation et le rejet des bonnes moeurs. Un modèle qui ne représente en rien la société marocaine. Ces laïcs et athées ne représentent qu’une infime minorité qui s’excite dans certains milieux des grandes villes. La société marocaine est ailleurs: elle est dans les quartiers populaires, dans les campagnes et les montagnes. Là, la société marocaine se manifeste dans ce qu’elle a de vraiment marocain : une société traditionnelle attachée à sa religion. Les laïcs ne représentent qu’eux-mêmes...

Articles similaires