Harcèlement sexuel dans les universités : Le CNDH recommande un soutien judiciaire aux victimes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) réagit au scandale des récents harcèlements sexuels notés dans les établissements d’enseignement supérieur au Maroc. Il s’est exprimé sur le sujet lors d’une réunion consacrée à ces révélations organisée le mardi 4 janvier 2022.

Le Conseil indique que les équipes des comités régionaux des droits de l’Homme ont écouté certaines étudiantes victimes de ces agissements à Settat et Oujda. Elles ont aussi organisé des réunions avec des associations d’étudiants et certains professeurs, tout en suivant d’autres cas similaires dans d’autres villes, précise-t-elle.

L’institution recommande de fournir un soutien judiciaire aux victimes, y compris des soins médicaux et psychologiques, tout en saluant l’ouverture des enquêtes par les procureurs «afin que les actes criminels ne restent pas impunis», et «les mesures immédiates prises par le ministère de l’Enseignement supérieur pour mener les enquêtes administratives nécessaires avec les mesures disciplinaires qui en découlent».

Le CNDH s’est tout de même dit «surpris» que certaines administrations d’établissements supérieurs aient ignoré les plaintes des victimes, et que celles-ci ne soient pas considérées «avec le sérieux nécessaire». Il recommande par ailleurs des mesures de protection pour les victimes, lanceurs d’alerte et témoins de ces harcèlements sexuels.

E.S