Pourquoi uniquement les Hammams et les salles de sports qui sont toujours fermés ?

Un Sit-In des propriétaires de Hammams devant la Wilaya de Casablanca

Les propriétaires des hammams de Casablanca passent à l’offensive. Une plainte sera incessamment portée contre le gouvernement El Othmani. L’Exécutif a en effet préféré marginalisé ce secteur depuis mars 2020. Un secteur qui emploie plus de 280.000 personnes, en chômage depuis 10 mois. Un sit-in sera organisé le jeudi 21 janvier 2021 devant le siège de la wilaya de Casablanca.

Les propriétaires de hammams changent de ton et montent au créneau. Le Syndicat national des propriétaires des hammams et des douches de Casablanca, relevant de l’Union générale des entreprises et professions (UGEP), a lancé un appel ferme aux professionnels du secteur. Il s’agit, selon le syndicat, d’évaluer les pertes subies durant les 10 mois de fermeture. Une fois ces dommages évalués, le syndicat portera plainte contre le gouvernement pour que les propriétaires des hammams et douches de Casablanca soient indemnisés.

Et le syndicat ne compte pas baisser les bras pour faire entendre sa voix. Un sit-in est prévu le jeudi 21 janvier 2021 devant le siège de la wilaya de Casablanca. En effet, malgré les multiples correspondances et demandes envoyées à plusieurs départements ministériels et au gouvernement, l’Exécutif refuse de soutenir ce secteur qui emploie des milliers de Marocains, parmi les plus vulnérables.

«Malgré nos dizaines de correspondances et nos demandes, le gouvernement a toujours adopté, vis-à-vis de la corporation, une attitude marquée par l’indifférence, la marginalisation, l’irresponsabilité et le silence total. Il nous a laissés en proie au Covid-19. Il a refusé d’entendre notre voix ou de nous accompagner. Nous nous sentons délaissés», nous avait déclaré, il y a une semaine, Rabie Ouachi, président de la Fédération nationale des associations des propriétaires et gérants des hammams traditionnels et douches.

Maintien des fermetures
Le syndicat de la corporation à Casablanca a exprimé, par ailleurs, son étonnement des décisions gouvernementales relatives au maintien des fermetures pour près d’un an de tous les hammams. Ceci en refusant d’accompagner le secteur. «Nous nous attendions à ce que le gouvernement fasse le nécessaire et accepte de nous entendre. Rien n’a été fait. Ils ont préféré poursuivre leur politique de marginalisation.

Le prolongement des mesures restrictives pour deux semaines supplémentaires, à partir de 20 janvier, ne fera qu’aggraver encore plus notre situation», lance le syndicat, qui a choisi de passer à l’offensive et de recourir à la justice.

Outre les hammams, les salles de sport, notamment à Casablanca, sont asphyxiées. Malgré le contrat-programme signé le 6 janvier avec le gouvernement, la situation n’est pas prête à se redresser.

Et pour cause le maintien de la fermeture de ces établissements a impacté considérablement la trésorerie de ces entreprises. Les aides promises par l’Etat ne vont pas, pour autant, soutenir efficacement ce secteur et les travailleurs et coaches sportifs.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger