Hamid Chabat reprend son siège de député après deux années passées à l'étranger

UNE ABSENCE INJUSTIFIÉE

Hamid Chabat ne fait, en réalité, que profiter d’un système qui devrait changer de fond en comble pour garantir une équité et une justice dans la répartition des richesses nationales.

Disparu des radars depuis plus de deux ans, le voilà de retour. L’ancien secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, vient de faire une réapparition pour le moins controversée. Après deux ans d’absence, il fait son retour dans l’Hémicycle en tant que député de la Nation, lundi 26 octobre 2020, lors d’une séance parlementaire.

Une réapparition qui a scandalisé les Marocains dans le sens où Hamid Chabat a continué à percevoir son salaire de député alors qu’il se trouvait hors du Maroc. Selon des informations parues dans les médias, Hamid Chabat aurait passé deux années en Turquie. Qu’il passe de longues vacances à l’étranger, c’est son affaire personnelle mais qu’il continue de percevoir son salaire de député alors qu’il était absent, c’est le comble de la rente et de l’opportunisme politique.

Mais au-delà de la considération financière, c’est l’absence non justifiée de Hamid Chabat qui pose sérieusement problème. Sachant qu’il a des comptes à rendre à ceux qui l’ont élu et à la chambre des représentants. Tout le monde se demande pourquoi s’est-il absenté ? A-t-il été forcé à partir à l’étranger ? Eu égard à son statut de député, des explications devraient être données aux Marocains. Le bureau dirigeant de la Chambre des représentants avec à sa tête le président, Habib El Malki, en est totalement responsable. Pour beaucoup, il faut en finir avec ce système de la rente parlementaire. Il est inacceptable qu’un député soit payé alors qu’il n’assiste pas aux séances du Parlement et donc n’a jamais représenté ses électeurs.

L’ire des Marocains
Comment Habib El Malki, qui se dit de gauche, peut-il autoriser cette rente? Comment se permet-on de dilapider l’argent public au moment où le pays traverse une crise économique sans précédent? Au moment aussi où la pauvreté se répand parmi les Marocains? Hamid Chabat ne fait, en réalité, que profiter d’un système qui devrait changer de fond en comble pour garantir une équité et une justice dans la répartition des richesses nationales.

N’est-ce pas ce même Habib El Malki qui avait remis en cause la suppression de la retraite des parlementaires en disant que cette retraite préserve le statut social du parlementaire? Des propos scandaleux qui ont suscité l’ire des Marocains, particulièrement sur les réseaux sociaux. L’ancien président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, qui est istiqlalien, avait pendant son époque mis en place un système qui sanctionnait les absences des députés en faisant des ponctions sur leurs salaires selon les jours absentés.

Mais apparemment ce système n’est plus en vigueur. Ancien secrétaire général de l’Istiqlal, Hamid Chabat fait un retour à la veille des prochaines élections législatives prévues en 2021. Selon plusieurs médias, l’ancien maire de Fès aurait déclaré sa volonté et son ambition de reprendre cette mairie qu’il avait perdue au profit du PJDiste Driss Al Azami El Idrissi...


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger