HAMID ADDOU A T-IL LES MOYENS DE SES AMBITIONS ?

ROYAL AIR MAROC SE DOTE D’UNE NOUVELLE ORGANISATION

C’est un communiqué fleuve de trois pages qu’a publié la compagnie aérienne, Royal Air Maroc, mardi 26 octobre 2021, en fin de soirée, pour annoncer une nouvelle organisation de la compagnie. Alors qu’on s’attendait à des annonces fortes concernant l’amélioration des prestations pour le client et la mise en place d’un nouveau dispositif qui rend facile l’accès aux réservations et aux vols après des expériences douloureuses rapportées par des clients pendant la crise du Covid-19, on a eu droit à une organisation certes nouvelle mais qui ne répond pas véritablement aux aspirations des Marocains.

Ainsi, lors d’une réunion mixte entre présentiel et digital, présidée par le P-DG de la compagnie, Hamid Addou, vendredi 22 octobre 2021, cette nouvelle organisation a été annoncée en grande pompe aux collaborateurs de la compagnie. Le patron de la RAM explique que sa conception répond à de nombreux défis internes et externes dans un environnement en perpétuelle mutation, à la fois incertain et porteur d’opportunités.

La concurrence exacerbée en sortie de crise, ainsi que l’évolution des attentes et des habitudes des voyageurs exigent ainsi une réorientation marquée vers la mise en place d’organisations fondées sur l’optimisation de l’expérience client, la digitalisation avancée et les notions de durabilité et d’écoresponsabilité. Outre les pôles opérationnels, Royal Air Maroc se restructure en effet autour de trois pôles complémentaires, chargés de travailler dans une étroite synergie. Il s’agit ainsi du pôle commercial, du pôle client et du pôle transformation. Pour Hamid Addou, cet organigramme permettra de créer un environnement propice à la transformation, à l’innovation et au partage.

Selon lui, il améliore les mécanismes susceptibles d’accélérer la prise de décision et de favoriser le travail transverse. Mais la question qui se pose: cette nouvelle organisation a-t-elle les moyens de ses ambitions? Sachant que la RAM est toujours plongée dans une crise financière sans précédent à cause des répercussions économiques de la crise sanitaire.