BP swipe-970x250

Hamdallah, banni jusqu’au bout

La liste des joueurs de la sélection nationale de football dévoilée

Même si au plan comptable il demeure le plus grand buteur de l’histoire du Maroc, le Safiot continue d’être ignoré par les sélectionneurs successifs.

Un but de la tête sur corner trois minutes après l’entame de la partie, un deuxième à bout portant de l’intérieur du pied droit en seconde mi-temps après une récupération dans la surface de réparation, sans compter un troisième de la pointe du pied gauche refusé pour un hors-jeu d’un coéquipier: c’est, pour le moins, de la plus belle des manières que Abderrazzak Hamdallah a répondu au nouveau sélectionneur, Hoalid Regragui, qui l’a écarté des deux prochains amicaux de l’équipe du Maroc face au Chili le 23 septembre 2022 et face au Paraguay le 27 septembre 2022.

Dans un match comptant pour la quatrième journée du championnat d’Arabie saoudite, le Safiot de naissance -en 1990- a mené son club d’Al-Ittihad à son troisième succès de la saison au détriment d’Al-Khaleej, signant aussi ses deux premières réalisations en autant de rencontres qu’il aura jusqu’à présent disputées. Tout en laissant la porte de la sélection ouverte à son endroit. “N’importe quel Marocain qui dispose d’un passeport vert peut prétendre à une place,” avait affirmé M. Regragui, estimant que le joueur était en méforme du fait notamment de la suspension prononcée le 3 août 2022 à son encontre par la Fédération saoudienne (SAFF) consécutive à la plainte de son précédent club d’Al-Nassr, qui l’accuse d’avoir entamé les négociations avec Al-Ittihad alors qu’il était encore sous contrat avec lui (la suspension n’avait été levée, suite à un recours déposé par Al-Ittihad, que le 7 septembre 2022). Dans la foulée de sa performance face à Al-Khaleej, Hamdallah a d’ailleurs été poussé par la chaîne saoudienne KSA Sport à réagir à la déclaration de M. Regragui, suite à quoi il s’est contenté d’indiquer qu’il ne l’avait “pas écouté” et que selon lui “la porte de l’équipe nationale est ouverte à tous les joueurs et non seulement à Hamdallah”.

Un élément à problèmes
Une façon de snober? Ou peut-être ne souhaite- t-il pas, au contraire, envenimer les choses et ainsi favoriser ses chances de disputer la Coupe du monde prévue à partir du 20 novembre 2022 au Qatar et au cours de laquelle le Maroc affronte respectivement dans la phase de groupe la Croatie, la Belgique et le Canada? Car il faut dire que du fait des sorties dont, au fur des années, il était devenu coutumier, Hamdallah s’est taillé une réputation d’élément à problèmes qui a sans doute grandement contribué à ce qu’au jour d’aujourd’hui il n’ait disputé que 17 matchs en sélection (pour six buts) alors qu’au plan comptable il est le plus grand buteur de l’histoire du Maroc (270 buts en séniors, avec une moyenne extraordinaire en carrière de 0,8 but par match).

On rappellera, notamment, l’annonce en novembre 2019 de sa retraite, quelques mois après avoir de lui-même renoncé à participer à la Coupe d’Afrique des nations (CAN), à laquelle il avait pourtant été convoqué, en raison de problèmes avec le contingent franco-marocain et, en l’espèce, le milieu de terrain Younès Belhanda (qui l’aurait violemment taclé à l’entraînement et qui fait, au passage, partie de la liste des joueurs sélectionnés par M. Regragui, trois ans après son dernier match justement lors de l’épreuve continentale en juillet 2019).

En février 2022, Hamdallah avait toutefois fait part de sa disposition, via une publication sur le réseau social Instagram, à retrouver les couleurs des Lions de l’Atlas si jamais on faisait appel à lui. A un moment où aucun attaquant marocain ne surnage vraiment (exception faite du néo-convoqué Walid Cheddira, qui évolue toutefois en championnat de deuxième division d’Italie et n’a derrière lui aucune expérience internationale), le moment est-il venu de lui redonner sa chance?.

Articles similaires