Haim Simon Skira: "Plus de 30 sociétés technologiques israéliennes ambitionnent de s'implanter au Maroc"

Né à Casablanca, ce juif d’origine marocaine, qui a émigré en Israël à l’âge de 15 ans, active tous ses réseaux pour promouvoir la coopération économique entre le Maroc et l’Etat hébreu. Dans cet entretien, Haim Simon Skira se dit honoré par l’accompagnement de cette nouvelle dynamique bilatérale.

Vous présidez l’association d’amitié Maroc-Israël. Quel rôle cette association compte jouer dans les futures relations entre les deux pays ?
C’est une association qui a été créée récemment pour accompagner justement cette nouvelle dynamique diplomatique exceptionnelle entre les deux pays. Depuis l’annonce officielle de la reprise des relations entre le Maroc et Israël, le 10 décembre 2020, toute la communauté juive d’origine marocaine, installée en Israël, s’active pour accélérer le rapprochement entre les deux pays.

Quels sont les principaux domaines où cette relation pourrait être accélérée ?
Je pense naturellement à la coopération économique et tout particulièrement au domaine touristique. Je viens de présider dans la région d’El Haouz une importante réunion avec les opérateurs touristiques de la région pour accompagner l’arrivée de touristes israéliens au Maroc. Une autre réunion, vendredi 16 juillet 2021, à Ouarzazate à l’invitation du Centre régional du tourisme de la région. Inutile de vous dire que les choses s’accélèrent pour accueillir le premier groupe de touristes israéliens au Maroc.

Peut-on avoir une idée plus précise de ce programme touristique israélien au Maroc ?
Le premier groupe de touristes israéliens est attendu ce 25 juillet 2021 à bord du premier vol direct entre Tel-Aviv et Casablanca qui sera assuré par la compagnie israélienne, El Al Israël Airlines. Un vol attendu avec impatience qui relancera d’une manière officielle la coopération touristique entre les deux pays. Puis d’autres vols sont programmés en août prochain notamment par la compagnie, IsrAir Airlines. Mais aussi la Royal Air Maroc qui vient de désigner son représentant à Tel-Aviv.

Y a-t-il un dispositif spécial pour ce programme ?
Lors de mes réunions avec les opérateurs touristiques marocains, je leur ai notamment proposé d’employer des guides régionaux et locaux pour accompagner ces groupes touristiques. Et pour que tout se passe bien en matière de communication, j’ai initié un programme d’apprentissage de l’hébreu qui va profiter à ces guides et à toute personne qui sera en contact direct avec les touristes israéliens. Je pense qu’en matière de tourisme, il y a beaucoup à faire pour doper les flux touristiques israéliens vers le Maroc.

Quels sont les autres domaines de coopération économique entre les deux pays ?
Il y a naturellement l’agriculture, un domaine où la technologie israélienne est très avancée notamment les techniques d’irrigation. Il y a aussi le domaine du High-Tech. Plus de 30 sociétés technologiques israéliennes ont manifesté leur intérêt de s’implanter dans le Royaume. Un engouement qui va certainement s’accentuer avec le lancement des vols directs et l’accélération de la mise en place des partenariats signés récemment entre le patronat marocain et son homologue israélien.