Le Groupe Crédit agricole du Maroc met les petits plats dans les grands

Doublement de l'enveloppe de financement allouée à l’agriculture, à 8 milliards de dirhams

L’objectif derrière ce montant exceptionnel vise le renforcement de la résilience de l’agriculture nationale et l’émergence d’une classe moyenne en milieu rural.

Décidément, c’est le temps de l’espoir. Après une saison agricole difficile marquée par une sécheresse endémique et une crise sanitaire foudroyante, les agriculteurs voient plutôt d’un bon oeil la prochaine année agricole. Avec les dernières pluies salvatrices tombées mi-octobre et début novembre 2020, annonçant ainsi une saison bien prometteuse, c’est une belle lueur d’espoir qui pointe à l’horizon dans un contexte, il faut le dire, plus que morose. Pour les aider à aller de l’avant et partir sur des bases solides, le groupe Crédit agricole du Maroc affiche, comme à son habitude, sa détermination et son engagement pour participer à la réussite de la prochaine saison agricole.

Ainsi, la banque, présidée par Tariq Sijilmassi, intensifie sa mobilisation et double l’enveloppe de financement au profit de l’agriculture et de l’agro-industrie, la faisant passer des 4 milliards de dirhams traditionnellement alloués à 8 milliards pour le compte de la campagne agricole 2020-2021. Un engagement fort et intense qui prouve encore une fois toute la force économique et financière de ce groupe bancaire qui consacre un effort colossal au service de l’agriculture nationale. Doubler l’enveloppe de financement dans un contexte financier difficile et incertain pendant ces temps de pandémie dont on ne connaît pas l’issue ni encore les conséquences réelles, cela relève tout naturellement d’une prise de risque. Celle-ci est certes importante mais elle est néanmoins justifiée. Car il s’agit d’un secteur stratégique pour l’économie nationale et la notion de service public, qui a toujours été assumé par le Crédit agricole, est désormais élevé au rang de priorité nationale.

Une banque citoyenne
En droite ligne avec la toute nouvelle stratégie agricole, «Génération Green 2020-2030», l’enveloppe de 8 milliards de dirhams doit permettre aux agriculteurs, aux entrepreneurs ruraux et aux agro-industriels d’assurer la continuité de leurs activités et de générer des richesses et une croissance importante pour le monde agricole et rural.

Le doublement de cette enveloppe s’inscrit dans la dynamique de relance économique et porte l’objectif de soutenir la résilience de notre agriculture et l’émergence d’une classe moyenne en milieu rural. Sa répartition verse parfaitement dans ce sens. C’est ainsi que 4 milliards de dirhams sont proposés sous forme de crédits de fonctionnement et d’investissement dédiés à l’équipement et à la modernisation des exploitations agricoles. 3 milliards sont destinés à l’agro-industrie, à travers des crédits de fonctionnement et d’investissements pour les projets agro-industriels et alimentaires.

Il reste un milliard de dirhams qui va à l’encouragement à la création d’une classe moyenne dans le milieu rural et le développement de l’entreprenariat à travers des financements adaptés aux activités économiques en milieu rural (hors agriculture) et aux projets porteurs générateurs de revenus et de valeur ajoutée. Cette mobilisation, pour le moins exceptionnelle, a été réalisée grâce à la conjugaison de 3 leviers importants: la croissance des dépôts clientèle; les lignes de financement internationales obtenues auprès des bailleurs de fonds: le Crédit agricole a, en effet, conclu des partenariats importants au profit du secteur agricole, agro-industriel et au monde rural auprès de la BEI, de l’AFD et de la BERD, totalisant 3 milliards de dirhams environ; et puis enfin, les diverses émissions obligataires (dettes perpétuelles et dettes subordonnées) opérées par la banque.

La banque verte annonce qu’elle ne devrait pas s’arrêter à ce niveau de financement, certes exceptionnel, mais elle affirme sa probable réévaluation selon les dispositions spécifiques que pourrait prendre le gouvernement en matière de soutien additionnel, notamment en ce qui concerne les taux et les garanties.

Outre la banque classique, les filiales du groupe dédiées à l’agri-agro et au monde rural contribueront, également, à la mise en place de cette enveloppe via des offres adaptées à chaque catégorie de projet. Il est à noter que cette enveloppe de 8 milliards de dirhams fait partie intégrante d’un ambitieux programme pour l’accompagnement de la campagne agricole 2020-2021. S’appuyant sur l’expertise et le savoir-faire de la banque en tant que leader du financement du monde agricole et agro-alimentaire, ce dispositif volontariste et pour le moins inédit est en cours de mise en oeuvre pour l’accompagnement des entrepreneurs agricoles tout au long des chaînes de valeur grâce à la mise en place d’outils financiers inclusifs et de programmes spécifiques permettant aux agriculteurs et aux ruraux de générer de la croissance et d’améliorer leur niveau de vie.

Un objectif noble auquel aspire désormais une banque citoyenne et engagée en faveur de notre agriculture qui représente, pour le Maroc, plus qu’un secteur économique: un véritable patrimoine national qu’il faut jalousement préserver et développer.

Articles similaires