Le grand risque d’un retour au confinement

Le gouvernement prolonge l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 décembre 2020

Le prolongement de l’état d’urgence sanitaire renferme-t-il, en fait, la perspective d’un retour au confinement comme cela circule avec insistance sur les réseaux sociaux?

C’est sans surprise que le Conseil de gouvernement, réuni jeudi 5 novembre 2020 à Rabat, sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 10 décembre 2020, et ce dans le cadre des efforts de lutte contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus.

Compte tenu de la nécessité de veiller à ce que les les mesures prises soient adéquates avec l’évolution de la situation épidémiologique dans les différentes régions et provinces du Royaume, le projet de décret prévoit des dispositions permettant à l’autorité gouvernementale chargée de l’Intérieur de prendre, à la lumière de la situation épidémiologique, toutes les mesures adéquates à l’échelle nationale, et aux walis des régions gouverneurs des préfectures et des provinces de prendre toutes les mesures exécutives pour préserver l’ordre public sanitaire au niveau d’une préfecture, d’une province, d’une commune ou plus.

Une option fort probable
Ce prolongement de l’état d’urgence sanitaire renferme-t-il, en fait, la perspective d’un retour au confinement comme cela circule avec insistance sur les réseaux sociaux? Le moins que l’on puisse dire est que le gouvernement d’El Othmani a, souvent, brouillé les pistes, sur cette histoire de retour au confinement. Après avoir démenti un faux communiqué du gouvernement qui a circulé sur les réseaux sociaux sur le retour au confinement, voilà Saâd Eddine El Othmani devant la Chambre des conseillers, lundi 2 novembre 2020, qui plaide pour un retour au confinement comme une option fort probable si la situation sanitaire est devenue totalement immaitrisable.

Pis, le Chef de gouvernement, et nombreux membres de son gouvernement en premier lieu desquels son ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, se contentent de solliciter cette population seulement pour l’accabler et l’accuser de tous les maux, alors qu’en fait personne ne peut actuellement dire, par exemple, si “la situation pandémique inquiétante” lui est vraiment imputable.

Et quand bien même cette situation est en effet problématique, elle l’est encore plus parce que l’État a totalement zappé au cours des dernières années le renforcement de l’offre de santé à l’échelle nationale, ce qui fait qu’il n’y a pas assez de lits d’hôpitaux pour accueillir les malades.

Un confinement, s’il doit se prolonger encore longtemps, met en péril la situation socioéconomique de nombreux citoyens, et il faudra que l’État déploie des trésors d’imagination pour que cette dernière ne s’effondre pas, tout en sachant que la contraction de l’économie nationale provoque un tarissement des recettes -déjà palpable, comme l’attestent différentes sources gouvernementales- et réduit donc la force de frappe financière des pouvoirs publics.

A.A


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger