Gouvernement: De l'orage dans l'air, déjà?

Les chefs des trois partis de la majorité comptent se retrouver ce 4 novembre 2021 en tête-à-tête. Et ce ne serait pas là seulement une rencontre purement routinière.

Moins d’un mois après la nomination du nouveau gouvernement, les chefs des trois partis de la majorité, à savoir Aziz Akhannouch du Rassemblement national des indépendants (RNI), Abdellatif Ouahbi du Parti authenticité et modernité (PAM) et Nizar Baraka du Parti de l’Istiqlal (PI) vont se retrouver ce jeudi 4 novembre 2021 pour un tête-à-tête. Une rencontre, qui, pour d’aucuns, paraîtrait tout-à-fait normale et routinière, mais des sources jointes par Maroc Hebdo indiquent qu’il n’en est rien.

“[MM.] Ouahbi et Baraka vont en profiter pour faire parvenir à [M.] Akhannouch le mécontentement de leurs bases eu égard à un certain nombre de décisions qui ont été prises au cours des dernières semaines, notamment celle du pass vaccinal”, insiste notre source. S’il nous a été impossible de confirmer l’information auprès des principaux concernés, d’autres sources, médiatiques celle-là, avaient révélé que c’est à l’initiative de M. Akhannouch lui-même que la rencontre se tient.

Opposition féroce
Celui-ci ne goûterait notamment pas, justement, les sorties à son encontre de membres du PAM et du PI, principalement au niveau du parlement où des députés des deux partis ont fait montre d’une opposition féroce dès lors que des ministres étaient présents sous la coupole de l’institution législative. Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, avait, ainsi, été sévèrement repris, lors de son passage du 25 octobre 2021 à la Chambre des représentants, par le groupe parlementaire du PI, de même que d’autres de ses collègues se sont également vu tancer au moment de défendre le budget de leurs départements dans le cadre des discussions relatives au nouveau projet de loi des finances (PLF).

Il n’empêche qu’à la question de savoir si l’on pouvait parler de “discorde” au sein du gouvernement Akhannouch, notre source a balayé cette éventualité d’un revers de main. “Ce sont plutôt des désaccords tout-à-fait normaux comme on peut en trouver dans toute équipe, et pas seulement une équipe gouvernementale,” commente-t-elle.

En tout cas, MM. Akhannouch, Ouahbi et Baraka seront de toute façon amenés encore à se retrouver pour notamment s’accorder sur un “pacte de la majorité” qui irait un peu plus avant que le programme présenté le 11 octobre 2021 par le nouveau Chef du gouvernement devant les deux chambres du parlement et qui ferait surtout en sorte que l’ensemble des trois partis constituant la majorité tirent davantage dans la même direction plutôt qu’en rangs dispersés, comme cela semble actuellement le cas.