Le gouvernement verse des indemnités ridicules au profit du personnel soignant

La montagne accouche d'une souris

Alors que tout le monde s’attendait à des gratifications généreuses de la part de l’Etat, pour récompenser leurs efforts pendant la pandémie, les médecins et les infirmiers n’auront, finalement, droit qu’à des indemnités en deçà de leurs attentes.

Après de longs mois de durs efforts pour lutter contre la maladie et sauver des vies humaines, les médecins et les infirmiers n’auront droit qu’à des petites indemnités qui seront versées par l’Etat. Selon un document interne au ministère de la santé, le gouvernement marocain a arrêté les montants indemnitaires au profit du personnel soignant. C’est ainsi que les médecins et les pharmaciens percevront 6.000 dirhams pour une intervention directe et 4.000 pour une intervention indirecte.

Pour les infirmiers et les techniciens de santé, ils percevront 4.800 dirhams pour une intervention directe et 3.500 pour une intervention indirecte. Quant aux cadres administratifs et techniques, ils auront 3.600 dirhams pour une intervention directe et 2.500 pour une intervention indirecte. Comparées aux indemnités versées dans d’autres pays au profit du personnel soignant, les montants marocains sont tout simplement dérisoires, voire ridicules. En France, le président français, Emmanuel Macron, avait annoncé une prime annuelle de 1.500 euros.

Les véritables héros
En Tunisie, le président tunisien, Kaiss Saïd, a doublé les salaires des médecins et des infirmiers pendant six mois. Ce niveau d’indemnités bas et peu satisfaisant vient ainsi ajouter à la déception pour ce personnel médical marocain qui était et qui est toujours en première ligne pour lutter contre le virus.

Dans les hôpitaux publics et les unités spéciales dédiées au Covid-19, le personnel soignant affronte tous les jours la hausse des contaminations et des cas graves. Et ce dans des conditions de travail pénibles et insupportables. En plus de cela, ils sont interdits d’aller rendre visite à leurs familles de crainte de leur transmettre le virus.

Épuisés, à bout de souffle, privés de leurs congés annuels, les médecins et les infirmiers sont incontestablement les véritables héros de cette pandémie qui, malgré les restrictions et les mesures barrières, ne cesse de prendre de l’ampleur et de se propager à une vitesse incroyable. Côté matériel, le personnel médical a été injustement traité en effectuant des ponctions sur salaires pour financer le fonds spécial Covid. Un traitement inélégant qui enfonce la situation financière des médecins. Le pire dans tout cela est qu’ils payent le prix le plus fort.

Une centaine de médecins et d’infirmiers ont perdu leurs vies dans cette guerre contre le Coronavirus. Des sommités de la médecine au Maroc ont été emportées par le Covid-19. Et la liste ne s’est pas encore arrêtée.

Les médecins et les infirmiers du secteur public avaient manifesté, début novembre dernier, leur colère contre leurs conditions de travail jugées inacceptables et le manque de reconnaissance de l’Etat envers eux. Mais ces manifestations semblent ne pas porter leurs fruits souhaités sauf probablement ces petites indemnités annuelles décidées au niveau gouvernemental.