La boucle est bouclée

Investiture du gouvernement Akhannouch

Le peuple entier, qui a voté, et avec lui, l'opposition maigrichonne, ne peuvent plus que de se mettre au balcon pour observer le nouveau gouvernement bulldozer à l'œuvre. Au plus vite. Au plus fort. Au plus fin. Au plus efficient.

Les électeurs ont choisi. Le marathon électoral a été bouclé et réussi. Une nouvelle alternance est adoubée. Le RNI, en attente et perfectionnement depuis plus de 40 ans, prend toutes les commandes et tracte avec lui le nouveau venu, le PAM, et l’omniprésent, l’Istiqlal. Les «notables» ont tout mis en oeuvre et tout raflé. Exécutif et législatif sont désormais réunis entre les mains de cette coalition tripartite, sociale-libérale de droite. De sorte qu’aucun obstacle ne se dresse face à elle, ou presque. Le peuple entier, qui a voté, et avec lui, l’opposition maigrichonne, ne peuvent plus que de se mettre au balcon pour observer le nouveau gouvernement bulldozer à l’œuvre.

Au plus vite. Au plus fort. Au plus fin. Au plus efficient. Dès son investiture, et l’adoption de son programme par le Parlement, ce gouvernement, attendu pour être formé de «diables rouge et vert» à compétences exceptionnelles, devra non seulement booster au plus vite la relance post Covid, mais aussi prendre en charge les dossiers socio-éco-financiers en cours, approfondir les réformes structurelles, engager le nouveau modèle de développement économique et social, et changer les méthodes et le rythme. En clair, mériter la confiance placée en lui par les électeurs et par le Roi. Laquelle confiance constitue le ciment de toute construction solide et durable.

Mais, quand un peuple oriente toute sa confiance dans une direction unique, il serait très hasardeux de le décevoir. La confiance s’effrite très vite sur l’autel des résultats concrets! Autant le PJD avait, dix ans durant, essayé de cacher son incompétence et ses hésitations derrière un paravent de  «crocodiles et diables», devenu vite transparent, autant le nouveau gouvernement n’a de salut que dans son succès. Et le succès attendu le peuple l’a clairement commandé: pouvoir d’achat, école, santé, emploi, infrastructures, résorption des inégalités sociales et territoriales et libertés publiques et individuelles.

Facile à lister ces priorités. Moins facile certainement de les satisfaire. Surtout que beaucoup veulent tout, de suite et pour tous! Que l’environnement régional et mondial reste empreint d’incertitudes. Et que le nerf de la guerre,  le financement nécessaire, est à mobilier.

Ceci étant, Covid.19 n’a pas été qu’une pandémie et sa crise. Il a transformé le Maroc. Allumé une flemme. Agilité, confiance et volonté sont plus que jamais au rendez-vous dans un Maroc où l’Etat exerce un leadership efficace et bienveillant accru et où le peuple reste mobilisé et travailleur. Reste juste à ficeler les projets et à les mettre vite et bien en exécution. Tant que toutes les planètes sont bien alignées.
Jamais un gouvernement n’a été autant attendu !

Par Ahmed Azirar, Economiste- acteur associatif.