NOTRE GOUVERNEMENT AIME NOUS SURPRENDRE

DÉCISIONS DE DERNIÈRE MINUTE

Les communiqués contradictoires relatifs au durcissement des conditions de déplacement de et vers Fès, nous révèlent l’absence d’une véritable politique de communication de la part du gouvernement. Ce dernier préfère rester fidèle à ses décisions de dernière minute.

Du cafouillage, de l’improvisation et beaucoup d’amateurisme. C’est ce qui caractérise la politique de communication -s’il y en a une- de ce gouvernement. Les Marocains, les habitants de Fès particulièrement, ont encore subi cet amateurisme durant la soirée du lundi 11 mai 2021.

Vers 18h35, une information a circulé sur les réseaux sociaux et les sites d’information, selon laquelle la ville sera bouclée et les déplacements de et vers la ville seront conditionnés de manière draconienne. On parle d’une simple rumeur, puisque la ville ne représente aucun risque, un seul cas de contamination au Covid-19 ayant été enregistré lors des 24 dernières heures. Mais il s’agissait d’une information officielle.

L’agence de presse MAP a même diffusé une dépêche, reprenant un communiqué du Poste de Commandement Préfectoral (PCP). «Il a été décidé à l’occasion des vacances de l’Aid Al Fitr et des vacances scolaires de soumettre les déplacements des citoyennes et citoyens de et vers Fès à l’obtention d’une attestation dérogatoire de déplacement délivrée par les autorités locales et de l’attestation de vaccination téléchargeable via le site liqahcorona.ma, ou à défaut, d’un prélèvement PCR négatif, et ce à partir du 11 au 16 mai courant», indique le communiqué du PCP.

Une malheureuse tradition
Ce dernier a précisé que cette décision intervient suite aux recommandations issues d’une réunion tenue entre les membres du PCP au siège de la Wilaya de la région Fès- Meknès. La surprise est générale. Pourquoi bloquer la ville de Fès, alors qu’elle ne présente aucune risque de foyer de contamination? Et pourquoi la ville de Casablanca n’a subi aucun durcissement des mesures restrictives alors qu’elle concentre près de 80% des cas d’infection au Covid-19 au niveau national? Une surprise qui a duré près de 5 heures. En fin de soirée, l’agence MAP publie une autre dépêche qui dément «les éventuelles restrictions des déplacements de et vers la ville de Fès».

La dépêche cite le Comité régional de veille et de suivi de la Wilaya de la région de Fès-Meknès, qui assure «qu’il s’agit de simples propositions qui faisaient l’objet d’examen», et qu’il n’aurait pas encore tranché. Que s’est-il passé entre la première et deuxième dépêche? Le Comité régional de veille et de suivi nous ment-il? Il parle de simples propositions, alors que dans le première dépêche il s’agissait d’une décision en bonne et due forme.

Ce cafouillage nocturne, comme c’est toujours le cas, a été très mal accueilli par les Marocains et les Fassis en particulier et on les comprend bien. «Un jeu de gamins, c’est du n’importe quoi. On en a marre de cet amateurisme dans la gestion de la communication de la crise», lance une internaute sur le réseau social Facebook. Ce n’est pas la première fois que des défaillances énormes sont enregistrées en termes de communication.

D’ailleurs, à deux jours du Aid Al Fitr, les Marocains ne savent pas encore s’il y aura un durcissement ou un allégement des mesures restrictives. Le gouvernement dispose des données lui permettant de prendre une décision une semaine avant cette fête, où beaucoup de Marocains voyagent. Mais comme à son habitude, notre gouvernement ne communiquera que quelques heures après la fête, et le soir s’il vous plaît. Notre cher gouvernement aime vous surprendre, une malheureuse tradition qui dure maintenant plus d’un an.