Généralisation de la couverture sociale: Un chantier majeur pour consolider l’État social


Ce grand chantier de règne s’appuie sur des mécanismes visant, entre autres, à appuyer la généralisation de l’assurance maladie obligatoire, outre la mise en place d’outils dédiés à la facilitation de l’accès à l’assistance sociale.

Il est certainement le chantier social le plus important et le plus stratégique jamais lancé au Maroc pendant son histoire récente. La généralisation de la couverture sociale, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, s’est révélée être le chantier royal par excellence auquel SM le Roi Mohammed VI attache une attention particulière en raison de son impact considérable sur la population marocaine. Né dans la foulée de la pandémie du Covid-19 qui a mis à nu les fragilités criardes de notre système de couverture sociale avec la mise en place royale d’un fonds spécial Covid pour venir en aide aux populations exclues de ce système, le chantier de la généralisation de la couverture sociale est venu réparer une vieille injustice touchant plus de 20 millions de Marocains. Ce projet social de grande envergure témoigne ainsi de la volonté royale d’améliorer les conditions de vie de tous les Marocains, notamment à travers un accès équitable aux services médicaux et sociaux, selon une approche holistique et fédératrice des efforts de l’ensemble des parties prenantes.

Capacités de production
Constituant assurément un des piliers de la consolidation de l’État social, le projet tend à mettre en place un système de solidarité efficient, à remédier au retard enregistré dans ce domaine, notamment au niveau des établissements hospitaliers, et à développer les capacités de production de médicaments, de vaccins et de matériel médical de base. Ce grand chantier de règne s’appuie sur des mécanismes visant, entre autres, à appuyer la généralisation de l’assurance maladie obligatoire, outre la mise en place d’outils dédiés à la facilitation de l’accès à l’assistance sociale et au soutien au pouvoir d’achat des familles. La cadence de la mise en oeuvre des grands axes de ce chantier s’est accélérée, qu’il s’agisse de la couverture maladie obligatoire (AMO TADAMON), du Registre national de la population (RNP), du Registre social unifié (RSU) ou du renforcement des infrastructures hospitalières dans plusieurs pôles médicaux régionaux.


Concernant le secteur de la santé, les efforts déployés commencent d’ores et déjà à donner leurs fruits. En effet, environ 5 millions de Marocains, professionnels, travailleurs indépendants et non-salariés ont bénéficié d’une couverture médicale jusqu’à fin avril. Les personnes en difficulté de s’acquitter des cotisations et qui étaient auparavant assujetties au régime d’assistance médicale (RAMED), ont également pu bénéficier du régime d’assurance maladie obligatoire de base. Le nombre de bénéficiaires a atteint près de 10 millions d’assurés, y compris les ayants droit. La contribution de l’État aux cotisations de cette catégorie sociale à la Caisse nationale de sécurité sociale s’est élevée à 9,5 milliards de dirhams. Il a également été procédé à l’élargissement du réseau d’agences de la CNSS, qui compte actuellement 156 agences, dont 47 nouvellement créées, outre 55 agences mobiles, dont 45 sont nouvelles, ainsi qu’au développement de partenariats avec des réseaux de proximité, qui compte aujourd’hui 2.006 points de contact pour la réception des dossiers d’assurance maladie obligatoire et 6.677 points de contact pour l’inscription des travailleurs non-salariés.

Axes majeurs
Parmi les axes majeurs de la mise en oeuvre du chantier de généralisation de la protection sociale figure aussi l’implémentation des RNP-RSU, deux mécanismes conçus pour assurer un accès simple aux programmes d’appui social et renforcer leur efficacité. Basés sur l’utilisation des nouvelles technologies, les RNP-RSU, qui visent à faciliter l’identification et le ciblage des bénéficiaires, constituent la plate-forme technologique indispensable pour la mise en oeuvre d’un système de protection sociale universel, efficace et inclusif. Ainsi, à la mi-mai 2023, plus de 9 millions de personnes étaient inscrites au RNP sur les 10 millions de personnes ciblées, soit 90 % de l’objectif fixé, tandis que plus de 1,8 million de familles étaient inscrites au RSU, ce qui représente plus de 51 % de l’objectif escompté pour l’année en cours. Par ailleurs, il faut souligner que l’efficacité et l’impact de cette réforme radicale passent impérativement par la mise en place d’une infrastructure hospitalière capable d’accompagner cette transformation sociale accélérée, d’où l’engagement du Royaume dans une orientation stratégique fondée sur le développement des hôpitaux afin d’améliorer l’accès de la population aux services de santé dans les meilleures conditions.

Le Centre hospitalier Universitaire Mohammed VI de Tanger, inauguré par le Souverain en avril 2023, constitue à cet égard, un fleuron dans le processus de développement et de modernisation du système national de santé et vient apporter un appui important aux efforts visant à renforcer et à améliorer les services de santé et à les rapprocher des citoyens. Érigé à proximité de la faculté de médecine et de pharmacie, cette infrastructure hospitalière d’envergure a permis l’émergence d’un véritable pôle d’excellence médicale au niveau de la région du Nord. Dans le même sillage, le projet de construction du nouvel hôpital «Ibn Sina» à Rabat, dont le coup d’envoi a été donné par le Roi Mohammed VI en mai dernier vient renforcer l’offre sanitaire du Royaume avec une capacité d’accueil de plus de 1.000 lits. D’autres CHU sont en cours de construction ou prévus dans plusieurs provinces du Royaume, dont Agadir, Laayoune, Er-Rachidia, Beni Mellal, Guelmim, et Dakhla. D’aucuns estiment que ce chantier titanesque est désormais au coeur de la politique sociale de l’Etat, dans le cadre d’une vision royale pleine d’attention et de clairvoyance.

Articles similaires