Gaza : La première tentative d'incursion terrestre israélienne fait pschitt


Alors que le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari, avait annoncé la veille que "les forces terrestres" de l'État hébreu "étend[ai]ent leurs activités" dans la bande de Gaza, il n'en est finalement encore rien à cette matinée du 28 octobre 2023. Simple décalage du début du déploiement de "Tsahal" dans l'enclave palestinienne? Ce qui ressort plutôt est que les soldats israéliens se sont tout simplement heurtés à la résistance des combattants du Hamas au niveau de Beit Hanoun et de Bureij, comme annoncé par le mouvement palestinien au tout début de la tentative d'offensive. Et si la chose se vérifie, cela consituterait sans doute un désaveu militaire pour Tel-Aviv, qui en même temps, et cela pour vraisemblablement noyer le poisson, clame avoir eu la tête du commandant de la force navale de la brigade de Gaza du Hamas, Ratab Abu Tshaiban.

Déjà humilié par l'opération Déluge d'Al-Aqsa du 7 octobre 2023, qui avait vu le Hamas effectuer un raid réussi en plein territoire israélien avec, à la clé, la capture de plusieurs dizaines de colons israéliens dont des officiers de l'armée, Israël va sans doute multiplier les bombardements à l'encontre des civils palestiniens de Gaza, dont plus de 7.000 sont déjà morts depuis le début du siège du 9 octobre 2023. Initialement soutenu par l'écrasante majorité des pays occidentaux, la partie israélienne se voit de plus en plus lâché en raison de l'atrocité des crimes commis, comme l'illustre notamment le fait que sur les vingt-sept pays européens, seuls quatre (l'Autriche, la Croatie, la République tchèque et la Hongrie) ont voté contre une trêve humanitaire immédiate.

Articles similaires