Frontières: les MRE enfin autorisés à rentrer

Quatre mois jour pour jour après la fermeture des frontières, les autorités marocaines donnent enfin la possibilité aux MRE de rentrer au Maroc.

Enfin donc les Marocains de la diaspora auront également la possibilité de rentrer au Maroc. Le ministère des Affaires étrangères les y a expressément autorisés par le biais d’un communiqué publié dans la soirée du 8 juillet, après avoir seulement permis jusqu’ici le rapatriement des citoyens restés bloqués à l’étranger depuis la fermeture progressive des frontières opérée à partir du 13 mars. Les étrangers résidant dans le Royaume n’ayant pu, au cours des quatre derniers mois, regagner le pays sont également concernés.

La réouverture des frontières aura lieu le 14 juillet à minuit, et, à cet égard, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que les compagnies aériennes nationales affréteraient “autant de vols que nécessaires”. En outre, des ferrys pourront également partir des ports de Gênes, en Italie, et de Sète, en France. Principales conditions posées par le ministère des Affaires étrangères à ceux qui voudront prendre le chemin du Maroc: un test PCR de moins de 48 heures et un test sérologique.

Ceux qui opteront pour le ferry pourront effectuer les tests au cours de leur traversée. C’est assurément, ainsi, une décision forte et courageuse qu’ont prise les autorités marocaines, qui donc auront finalement bien rouvert les frontières le 15 juillet, comme l’avaient avancé nombre de médias espagnols mi-juin en annonçant que l’opération Marhaba débuterait à cette date-là -celle-ci avait, toutefois, été annulée le 22 juin.

Aussi, la possibilité pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) de revenir au bercail constitue une bonne nouvelle pour le tourisme national, qui a énormément pâti de l’état d’urgence sanitaire depuis sa déclaration le 20 mars par le gouvernement: le vice-président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), Fouzi Zemrani, estimait les pertes du secteur, dans l’interview qu’il nous a accordée dans notre édition hebdomadaire du 3 juillet, à 138 milliards de dirhams (lire n°1355).

Face aux craintes de se retrouver bloqués au Maroc sans possibilité de le quitter en cas de deuxième vague, le ministère des Affaires étrangères a tenu à rassurer les futurs voyageurs et a indiqué que “les Marocains résidents à l’étranger ainsi que les étrangers résidant au Maroc pourront quitter le Royaume, à l’issue de leur séjour, par les mêmes moyens aérien et maritime”. Reste à savoir ce qu’il en sera des touristes étrangers qui voudront visiter le Maroc au cours des prochains mois. Le ministère des Affaires étrangères n’en a pas pipé mot, mais il semble que ce ne soit, pour le moment, pas à l’ordre du jour. A l’évidence, il y a encore bien loin d’une véritable reprise des flux de voyages internationaux depuis et vers le Maroc.


3 commentaires

  • ben mhammed

    9 Juillet 2020

    A un moment donné il faut s enlever le doigt du nez (pour ne pas dire autre chose) et regardez la vérité en face.On ne sauve pas l économie d un pays par des voeux ou par des approximations.Les professionnels du tourisme qui d habitude n ont que faire du touriste local ou même zimigre doivent faire fonctionner leur méninges ,comme tous ceux des autres secteurs d ailleurs.Les zimigres sont dans le pétrin jusque au cou.Si ces gens la se sont fait plumés chaque année d une manière ou dune autre au pays ,cette fois ils l ont déjà été par le covid19. Un grand pourcentage de ces MRE sont des col bleu ou des gens qui vivent de petits boulots ,autrement dit ce sont des gens qui n ont eu leur salut que grâce aux différents programmes d aide du gouvernement de leur pays d accueil respectif .Dans ce cas de figure , il faut vraiment être taré pour compter sur ce créneau.Et comme un malheur ne vient jamais seul ,la gestion catastrophique et arrogante de la pandémie surtout pour les MRE qui sont restés bloqués des deux cotés de la frontière fera en sorte que les promesses du ministre ne pèseront pas grand chose sur l autel de la Vérité.Et au cas ou Mme la ministre du tourisme qui était (et qui sera ,comme la plupart de ses confrères) aux abonnés absents, aurait encore un iota d espoir pour sa saison touristique, expliquez lui que le gawri n a ni l envie ni l argent pour le voyage.Sur un autre registre,il serait souhaitable de payer une connexion internet haut débit (au frais du contribuable bien sur) a tous nos irresponsables (lettrés)afin de suivre ce qui se passe ailleurs dans le monde.Comme ça ,ils sauront qu en Tunisie ,même décofinée a 100%,le touriste n a pas encore pointé le bout de son nez.

Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger