France : Une surmortalité liée au Covid-19 bien plus importante chez les immigrés d’Afrique du nord


Les immigrés qui ne sont pas nés en France ont été touchés par une surmortalité pendant la première vague de la pandémie de Covid-19 en France. C’est le constat accablant qui ressort d’une étude réalisée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), en partenariat avec Santé publique France et l’Institut Convergences migrations, publiée mardi 8 novembre 2022.

Du 18 mars au 19 mai 2020, l’excès de mortalité était bien plus important au sein de la population née à l’étranger qu’au sein de la population née en France. Pour les 40-69 ans, à titre d'exemple, le taux de mortalité était 8 à 9 fois supérieur chez les immigrés d’Afrique subsaharienne que chez les personnes nées en France, dans les zones les plus touchées par la pandémie (Grand Est et Île-de-France).

Pour la même tranche d’âge de personnes originaires d’Afrique du Nord, d’Amérique ou d’Asie, la surmortalité y était 3 à 4 fois plus élevée.

Articles similaires