La France n'acceptera plus les imams détachés à partir du 1er janvier 2024


La France n'accueillera plus de nouveaux imams «détachés», c'est-à-dire envoyés par des pays tiers, qui arrivent principalement du Maghreb, à partir du 1er janvier 2024, a annoncé, ce vendredi 29 décembre 2023, le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, dans une lettre aux pays concernés par le sujet.

Les imams détachés présents sur le territoire ne pourront s'y maintenir sous le statut actuel «après le 1er avril 2024». 

 À compter du 1er avril, un « cadre spécifique » sera mis en place pour permettre aux associations gestionnaires de lieux de culte de recruter elles-mêmes des imams, qu’elles salarieront directement. « Le but n’est pas d’empêcher des imams étrangers de prêcher en France, mais de s’assurer qu’aucun n’est payé par un Etat étranger dont il serait fonctionnaire ou agent public ».

Cependant, la venue d'« imams du ramadan », les quelque 300 psalmodieurs et récitateurs qui se rendent en France pendant le mois béni pour les musulmans, n’est, elle, « pas remise en cause », selon la lettre du ministre de l'intérieur.

 

Articles similaires