La France retire le Maroc de sa liste rouge du classement sanitaire des pays

UN ALLÈGEMENT DE RESTRICTIONS EN TROMPE-L’OEIL

Hormis la quarantaine supprimée, les Marocains vaccinés avec Sinopharm sont toujours considérés par la France comme non vaccinés et doivent ainsi se soumettre aux restrictions draconiennes de l’Hexagone pour s’y rendre.

La pandémie du Covid-19 a restreint la liberté de circulation des Marocains, beaucoup plus à l’étranger et particulièrement en France. D’arrêté en arrêté, décret après décret, vaccin reconnu ou non reconnu, les Marocains ne savent plus où donner de la tête. La dernière nouveauté en date, c’est l’arrêté du vendredi 8 octobre 2021 modifiant l’arrêté du 7 juin 2021 identifiant les zones de circulation de l’infection du virus SARS-CoV-2, publié dans le Journal officiel de la République française.

L’arrêté retire enfin le Maroc de la liste rouge (avec quatre autres pays: l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Colombie, la Tunisie) des pays où la situation épidémiologique est inquiétante. Il le place désormais sur la liste orange. Qu’est-ce qui changera? La quarantaine de 10 jours, que tout Marocain devait strictement observer en arrivant en France, disparaitra. Du reste, les restrictions demeurent les mêmes.

Si le voyageur est vacciné, l’entrée sur le territoire métropolitain ne fait l’objet d’aucune restriction. Mais attention, par vacciné la France signifie avoir reçu deux doses d’un vaccin reconnu en France ou avoir reçu une troisième dose d’un vaccin à ARN messager sous certaines conditions. Par exemple, deux doses de Sinopharm ne sont pas suffisantes pour être considéré comme vacciné, sauf si elles sont complétées par une troisième dose Pfizer. Le voyageur vacciné est tenu seulement de présenter un justificatif du statut vaccinal et une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection à la Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19.

Statut vaccinal
Si le voyageur n’est pas vacciné, il faut présenter à la compagnie de transport et aux autorités de contrôle à la frontière un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant le départ ou un test antigénique négatif de moins de 48 heures avant le départ et un motif impérieux, en plus d’une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection à la Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19, d’un engagement sur l’honneur à se soumettre au test antigénique ou à l’examen biologique, qui sera réalisé à l’arrivée en France métropolitaine, et à s’isoler durant sept jours et un engagement sur l’honneur visant à se soumettre à un examen biologique de dépistage virologique (PCR) à l’issue de la période d’isolement.

Bref, une armada de restrictions pour importuner les voyageurs marocains que malheureusement le Maroc n’a jamais imposées aux voyageurs français, même en pleine crise du Covid-19. Et ce n’est pas par souci sanitaire mais c’est plutôt dicté par des intérêts politiques, géopolitiques et économiques. Seul le Marocain lambda, qui n’a rien à voir avec ces calculs politico-économiques, en paye les frais.