Le Forum marocain des jeunes journalistes organise des rencontres de plaidoyer avec les groupes parlementaires


Dans le cadre de ses activités de plaidoyer continues et de son engagement à interagir en permanence avec les institutions constitutionnelles et nationales, le "Forum marocain des jeunes journalistes" a tenu une série de rencontres avec les présidents des groupes parlementaires à la Chambre des représentants, incluant les groupes de la majorité gouvernementale représentés par le "Rassemblement national des indépendants", "Authenticité et Modernité", ainsi que les groupes et les groupements de l'opposition représentés par "le groupe socialiste", " Groupe haraki ", "Groupe du progrès et du socialisme" et "Le groupement parlementaire de la Justice et du développement".

Lors de ces rencontres, le "Forum marocain des jeunes journalistes" a proposé diverses recommandations pour offrir une vision innovante de la scène médiatique et des questions de liberté d'expression. Ces recommandations visent à identifier les acquis,  examiner les différents problèmes qui affectent la pratique journalistique dans notre pays, ainsi que contribuer à la promotion de la culture des droits humains et à son développement dans les médias. La délégation du "Forum marocain des jeunes journalistes" a plaidé pour ce qui suit, en réponse au débat actuel sur les lois régissant le secteur des médias et les changements que connaît le pôle public :



  • Faire de la création d'un pôle audiovisuel public unifié une opportunité pour notre pays pour renforcer le pluralisme politique, les courants de pensée et d'opinion, et la diversité culturelle dans les médias publics.

  • Ne pas renoncer à l’autorégulation des journalistes.

  • Protéger la profession de journaliste des intrus.

  • Enlever, du texte juridique, la référence au code pénal, contenant des châtiment liberticides, pour les affaires de publication et se limiter à la loi relative à la presse et à lédition, en vertu du principe de bonne foi énoncé dans les principes universels des droits de la presse.

  • Renforcer l'indépendance éditoriale et économique des institutions médiatiques. Lors de ces rencontres avec les groupes parlementaires.


Lors de ces rencontres avec les groupes parlementaires, le Forum marocain des jeunes journalistes a souligné que ces recommandations répondent à plusieurs défis internationaux auxquels est confronté le secteur des médias, notamment :


  • La révolution technologique, qui, malgré son importance pour promouvoir les valeurs démocratiques, a entraîné la propagation d'idées polarisées et de contenus de désinformation.

  • Le défi lié aux questions de liberté d'opinion, d'expression, des médias et de la protection et sécurité des journalistes.

  • Le défi de l'adaptation des lois nationales relatives à la liberté de la presse aux conventions internationales et le renforcement de l'interaction de notre pays avec les mécanismes des Nations unies pour la protection des droits humains en ce qui concerne la liberté d'opinion et d'expression.

  • Le modèle économique des établissements médiatiques et le défi de la durabilité et de l'indépendance éditoriale.


 Dans ce contexte, Monsieur Sami El moudni, président du Forum marocain des jeunes journalistes, a affirmé que «notre instance présente ces défis et ces propositions de manière responsable. Son objectif étant de défendre le droit des citoyens à accéder à une information vraie et fiable, qui est un droit inaliénable, leur permettant de décrypter les affaires publiques et de façonner leurs opinions sur cette base. Dans la conjoncture actuelle, une presse informée, responsable et libre est non seulement souhaitable, mais nécessaire».

El  Moudni a ajouté que «suite à des discussions riches avec les honorables présidents des groupes parlementaires, nos rencontres de plaidoyer ont conclu à la nécessité de trouver des solutions au sein de l'institution législative pour contribuer à ouvrir le débat public sur la réalité et les perspectives du secteur médiatique dans notre pays à la lumière des défis et des transformations en cours, en vue de formuler des recommandations et des propositions qui bénéficient de du consentement de toutes les parties prenantes, visant à améliorer la profession et à la renforcer».

Articles similaires