Forum économique mondial: Ouverture du forum de Davos en format réduit

C’est aujourd’hui, lundi 17 janvier, que débute le Forum économique mondial (WEF). L’événement s’ouvre pour une réunion en format réduit et en mode complètement virtuel, en vue de débattre «des solutions aux problèmes les plus urgents dans le monde», soulignent les organisateurs, notamment le changement climatique, la pandémie de Covid-19 et la coopération internationale pour relever les défis communs.

Le WEF, qui devait se réunir en présentiel du 17 au 21 janvier à Davos, en Suisse, a été finalement reporté à cause de la propagation du variant Omicron. La réunion -qui marie le monde des affaires, de la politique et de la diplomatie- doit se tenir au début de l’été, selon les organisateurs. Le WEF a néanmoins décidé d’organiser une série de sessions en ligne intitulées «l’État du monde», qui doivent permettre «de formuler des solutions pour les problèmes les plus urgents dans le monde».

«Tout le monde espère qu’en 2022 la pandémie de Covid-19 et les crises qui l’ont accompagnée commenceront enfin à s’éloigner », a déclaré, la semaine dernière, Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial.

«Mais des défis mondiaux majeurs nous attendent, du changement climatique au rétablissement de la confiance et de la cohésion sociale», a-t-il dit. Il a invité les dirigeants politiques et économiques mondiaux à adopter de nouveaux modèles, à voir à long terme, à renouveler la coopération et à agir de manière systémique. «L’Agenda Davos 2022 est le point de départ du dialogue nécessaire à la coopération mondiale en 2022», a souligné Klaus Schwab.

L’événement marquera également le lancement de plusieurs initiatives du forum, notamment les efforts visant «à accélérer la course au zéro émission nette, à garantir l’opportunité économique des solutions positives pour la nature, à créer une cyberrésilience, à renforcer les chaînes de valeur mondiales, à construire des économies sur les marchés fragiles grâce à l’investissement humanitaire, à combler le déficit de fabrication de vaccins et à utiliser des solutions de données pour se préparer à la prochaine pandémie», indiquent les organisateurs.