Football: La CAN 2022 confirmée

La Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) ne sera ni reportée ni annulée. Elle se disputera en terre camerounaise du 9 janvier au 6 février 2022.

Fin de suspense. La 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) aura bel et bien lieu au Cameroun à partir de janvier 2022. L’annonce a été faite par Patrice Motsepe, président de la Confédération africaine de football (CAF), lors de sa visite le lundi 20 décembre 2021 au stade d’Olembe à Yaoundé, enceinte qui abritera le match d’ouverture entre le Cameroun et le Burkina Faso.

«Nous devons prouver que nous pouvons organiser des compétitions comme en Europe (…) Je serai au Cameroun avec ma petite famille pour la CAN, qui commencera le 9 janvier», a-t-il déclaré, en présence de son premier vice-président, Augustin Senghor, de Samuel Eto’o Fils, président de la Fédération camerounaise de football et vice-président du Comité d’organisation de la CAN, du secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, et du ministre des Sports et de l’Éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi.

«La CAN est un moment important pour les Camerounais et pour tous les Africains. Nous devons croire en nous-mêmes, croire en nos capacités», ajoute-t-il. Et Samuel Eto’o de renchérir, «si nous ne croyons pas en nous, personne ne le fera à notre place. Je suis fier du travail abattu ici. Et cette CAN sera une réussite».

Manigances en coulisses
Ces déclarations du patron du football africain ont été largement relayées sur les réseaux sociaux, puisqu’elles mettaient fin à la vague de rumeurs qui circulaient sur la toile, faisant état d’un report, voire une annulation, de cette grande compétition. Plusieurs internautes africains les ont vivement saluées et perçues comme réponse adéquate aux coups de pression de la FIFA et de l’Association des clubs européens (ECA), qui manigançaient en coulisses pour tordre le bras à la CAF en évoquant notamment des menaces et restrictions sanitaires sur les joueurs.

Les déclarations de Jurgen Klopp, entraîneur de Liverpool (Angleterre), et de Luciano Spaletti, coach de Napoli (Italie), qui qualifiaient respectivement la CAN de «petit tournoi» et de «monstre invisible» donnaient déjà une idée les intentions de ces clubs qui voulaient à tout prix conserver leurs internationaux africains. Une stratégie qui n’a pas porté ses fruits. Au grand bonheur des passionnés du football africain !.