En Algérie le FLN, parti au pouvoir, remporte les élections, sans surprise

Encore un coup de théâtre du pouvoir algérien, qui a redistribué à sa guise la carte des législatives du 12 juin 2021. Après avoir crié victoire très tôt, finalement, le parti islamiste modéré, le Mouvement de la société pour la paix n’a pas raflé la mise comme il l’a prétendu au lendemain des élections. Le Front de Libération Nationale (FLN), parti au pouvoir affaibli depuis la destitution de Abdelaziz Bouteflika, a remporté les élections législatives anticipées de samedi 12 juin 2021, marquées par un taux d’abstention record dans l’histoire du pays.

Selon les résultats préliminaires annoncés mardi 15 juin 2021 par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, le FLN a remporté 105 sièges, suivi des Indépendants (78 sièges), du Mouvement de la société pour la paix (MSP) (64 sièges) et du Rassemblement démocratique (RND) (57 sièges). Quant au Front «El Moustakbal», il a remporté 48 sièges alors que le Mouvement El Bina a vu 40 de ses candidats élus.

Le taux de participation lors des législatives de samedi en Algérie a atteint un niveau historiquement bas, à 23,03%. Sur plus de 24 millions d’électeurs, l’ANIE a fait état de 5,6 millions de votants, dont plus d’un million de bulletins nuls. Le mouvement contestataire du Hirak et une partie de l’opposition avaient appelé au boycott du scrutin tout en alertant qu’elles seront, une fois encore, truquées. Malheureusement, ils ont eu une fois encore raison.

Cette mascarade plonge le pays de nouveau dans l’impasse politique qui a débuté depuis la destitution de Bouteflika en 2019 et l’appel du Hirak à déboulonner les symboles de l’ancien régime, y compris ceux de la junte militaire.