Flambée des prix des carburants : Benkirane répond sèchement à Akhannouch

La hache de guerre est déterrée entre Abdelilah Benkirane et Aziz Akhannouch. L’ancien Chef du gouvernement (2012-2017) et actuel secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD-opposition), a consacré un live diffusé sur sa page Facebook, tard dans la soirée du mardi 19 avril, pour réagir à la dernière sortie de l’actuel chef de l'Exécutif, qui s’était exprimé, la veille, notamment sur la question de la flambée des prix, lors de la séance mensuelle des questions orales à la Chambre des représentants.

M. Akhannouch avait accusé M. Benkirane, sans pour autant le nommer, d’être responsable de la hausse des prix des carburants, en faisant référence à la libéralisation du secteur sous le gouvernement PJD en 2015. Des accusations que le leader de la formation islamiste a réfutées, affirmant même qu’il est “fier” de sa décision de mettre fin aux subventions publiques aux carburants, car elle a “permis de sauver les finances de l’État en économisant 54 milliards de dirhams." M. Benkirane a admis toutefois avoir “commis l’erreur de croire que la concurrence entraînera la baisse des prix après la libéralisation, mais l’inverse s’est produit à cause de l’entente entre les sociétés du secteur".

Par ailleurs, le secrétaire général du PJD a regretté que le gouvernement actuel “n’a pas pris de mesures qui pourraient permettre de faire face à la hausse des prix”, tout en proposant de “faire baisser provisoirement une partie des taxes sur les carburants et sur les bénéfices des sociétés d’hydrocarbures”.

Articles similaires