CGAM Hssabe 970X250

Fitch Rating prédit des perspectives négatives de croissance pour le royaume

Maintien de la note souveraine BBB

L’agence Fitch Rating abaisse les perspectives du Maroc mais maintient sa note.

Fitch Rating vient de dégrader les perspectives du Royaume de stables à négatives tout en maintenant la note souveraine à BBB. Les perspectives négatives reflètent le coup dur porté à l’économie marocaine par le choc de la pandémie de coronavirus, qui provoqua la plus forte contraction du PIB en 25 ans.

En effet, pour Fitch, l’agence d’évaluation financière américaine, le PIB du Maroc devrait se contracter de 4,5% en 2020. Et ce en raison de l’aggravation attendue du contexte extérieur pour cause de perturbations de l’activité dans les secteurs non marchands suite à un arrêt de deux mois pour endiguer la propagation de la pandémie. Pendant ce temps le peu de pluviométrie enregistré pendant l’essentiel de la saison agricole aura un impact négatif sur le PIB agricole.

La forte contraction du PIB s’accompagne aussi de «l’augmentation marquée des déficits extérieurs et budgétaires et des ratios d’endettement du Maroc», indique l’agence d’évaluation. Elle ajoute que la baisse des exportations, du tourisme, des transferts de fonds et de l’IDE entraînera un doublement du déficit du compte courant à 8,3% du PIB en 2020. Pour Fitch, les recettes du compte courant seront plus particulièrement affectées par une contraction de 7% de l’économie de la zone euro.

Ceci dit, l’agence pense que la baisse des prix des produits énergétiques (pétrole, notamment), l’arrêt des investissements à forte intensité d’importations et l’augmentation des subventions étrangères vont permettre de limiter la détérioration du solde du compte courant à 5% du PIB en 2021, à condition d’une reprise du tourisme et d’une augmentation de la capacité d’exportation manufacturière.

Fitch s’attend à ce que le Royaume continue de s’endetter en négociant, notamment, un «accord de précaution avec le FMI dans les prochains mois et reconduise son euro-obligation à cinq ans d’un milliard de dollars dont l’échéance arrive en octobre».