Financement de l'entrepreneuriat au Maroc: La BAD octroie un prêt de plus d'un milliard de dirhams

D’après la Banque africaine de développement, ce programme permettra de financer et de préserver les emplois des entrepreneurs, très petites et moyennes entreprises et startups impactés par la pandémie de Covid-19.

Stimuler la relance de l’entrepreneuriat au Maroc dans ce contexte de crise sanitaire, tel est le souhait de la Banque africaine de développement (BAD). Elle a annoncé, mercredi 24 novembre 2021, un prêt de 120 millions d’euros (plus de 1 milliard de dirhams) au Royaume pour faciliter la mise en oeuvre du Programme d’appui à l’inclusion financière, à l’entrepreneuriat et aux très petites et moyennes entreprises (TPME).

D’après l’institution panafricaine, ce programme permettra de financer ces entrepreneurs et les ménages impactés par le Covid-19 et de préserver les emplois. Il contribuera aussi à améliorer le climat des affaires à travers la simplification des procédures administratives. «Relancer et inclure. C’est la poursuite de cette double priorité qui permettra de redynamiser l’activité, de protéger les emplois et de retrouver la croissance.

Nous le faisons aux côtés des jeunes et des femmes entrepreneurs et des TPME qui jouent un rôle incontournable dans la dynamique de relance avec plus de 70% des emplois créés», indique Achraf Hassan Tarsim, responsable-pays de la BAD au Maroc, dans un communiqué publié sur le site de la Banque. Outre les TPME, les startups marocaines pourront aussi bénéficier de ces fonds. Ces entreprises naissantes dont la plupart ont été frappées de plein fouet par la pandémie.

Inclusion financière
«Nous poursuivons, ici, deux grandes priorités: diversifier l’offre de financement à destination des TPME et approfondir les marchés financiers grâce à des instruments comme la titrisation et le crowdfunding. L’objectif est de renforcer la dynamique d’inclusion financière des entreprises», explique Stefan Nalletamby, directeur du département du développement du secteur financier à la BAD.

Selon la BAD, ce financement entre dans le cadre de sa stratégie décennale 2013-2022 dont l’objectif est d’asseoir les conditions d’une croissance durable et inclusive sur le continent. «Ce projet est en adéquation avec deux des cinq grandes priorités de la Banque: «améliorer la qualité de vie des populations en Afrique» et «industrialiser l’Afrique»», précise-t-elle.