Finale LDC Afrique à Casablanca : Al Ahly liste ses conditions

Nouvel épisode dans le feuilleton polémique sur la finale de la Ligue des Champions (LDC) africaine, prévue le 30 mai 2022 au Complexe Mohammed V de Casablanca. Le club égyptien, qui avait opposé un refus catégorique à jouer ce match sur cette pelouse, s’est finalement résigné après le maintien de la décision de la Confédération africaine de football (CAF). Dans un long communiqué publié mercredi 18 mai 2022, le champion en titre liste ses conditions à moins de deux semaines de ce choc tant attendu.

Le club cairote demande à la CAF de réserver 50% des places du stade à ses supporters et leur permettre de les utiliser à leur guise. Il exige aussi une sécurité rapprochée pour tous ses éléments présents dans l’enceinte, conformément aux règles de l’instance dirigeante du football africain. Les Egyptiens demandent aussi une accélération des procédures pour permettre à leurs supporters de bénéficier de visas d’urgence.

En outre, Al Ahly réclame des arbitres compétents «qui n’ont jamais été sujets à quelconques réclamations ou polémiques dans toutes les compétitions de la CAF». Enfin, il souhaite que des arbitres européens gèrent la VAR, comme ce fut le cas lors des barrages du Mondial 2022 dans la zone Afrique. Le club exige une réponse à toutes ses demandes dans un délai de 72 heures.

E.S