Fête de mariage: soirée mémorable ou obstacle pour les futurs mariés?

Face aux lourdes dépenses nécessaires pour une soirée respectant les traditions de mariage à la marocaine, une bonne partie des futurs mariés se voient freinés et reviennent vite à la dure réalité !

En période estivale, la saison des mariages bat son plein au Maroc. Afin d’avoir les idées claires sur la cérémonie de vos rêves, voici un tour d’horizon sur les différentes prestations. Premièrement, la plupart des prestataires dignes de ce nom sont bookées des mois à l’avance. Il faut dire que même si de plus en plus de jeunes en âge de se marier accordent une importance moindre aux fêtes de mariage, préférant investir dans l’acquisition d’une maison ou dans un voyage de noces original, d’autres restent fidèles à la tradition et optent pour la grande fête. Organiser une fête de mariage marocaine relève du parcours du combattant. Entre traiteur, neggafa, tenues, orchestre, salle de fêtes… les variables sont infinies et le coût également. Selon les informations recueillies auprès des différents spécialistes, une fête moyenne comprenant 250 invités peut atteindre un coût compris dans une fourchette très large, entre 150.000 DH et 1 MDH.

Les traiteurs proposent une multitude de formules pour les fêtes de mariage. Cela peut aller d’un dîner classique à base de poulet et méchoui, à des formules plus garnies comprenant toutes sortes de salades variées, de poissons, de pastillas et autres combinaisons. L’option cocktail dînatoire n’est pas à exclure et la majorité des traiteurs se concurrencent sur ce créneau qui commence à se développer. Le prix d’une table classique de 10 personnes varie de 3.000 DH à 3.500 DH. Pour des formules plus «luxueuses», il faut compter 6.000 DH minimum, sachant que le prix peut aller jusqu’à 25.000 DH pour certaines formules. Pour le cocktail dînatoire, il peut être proposé à partir de 1.000 DH par table et aller jusqu’à 15.000 DH.

Un énorme frein pour la jeunesse
La salle de mariage, sa disponibilité et son prix dépendent également des différentes périodes de l’année. Servant aussi de salles de conférence, de séminaires ou autres, celles-ci sont plus chères en été, où la demande est forte et plus abordables pendant les autres périodes de l’année. Une salle vide ne comprenant ni décoration ni mobilier peut aller de 20.000 DH pour les salles privées à 120.000 DH dans les hôtels. Il existe également des villas que les propriétaires mettent en location pour ce genre de manifestations. Celles-ci sont proposées à un prix variant de 5.000 à 15.000 DH.

Une fois la salle et le traiteur fixés, vient alors un point important dans l’organisation de la soirée. Il s’agit de la neggafa. Fonction autrefois dédiée aux femmes, elle s’est progressivement banalisée pour attirer également la gent masculine.

Le neggaf ou la neggafa se doivent de surveiller le bon déroulement de la soirée de mariage et veiller au grain, à la succession des différentes tenues des mariés. En gros, la neggafa décide de l’ordonnancement des étapes de la cérémonie. Les amariya, tyafer et les bijoux sont le capital premier de celle-ci. Ainsi, en fonction de la brillance des amariya, de leurs types et de leur originalité, ainsi que de la qualité des bijoux et des tenues, le prix de la neggafa peut aller de 15.000 à 100.000 DH. Le choix de l’orchestre est aussi important que celui du traiteur ou de la salle.

Egalement responsable du bon déroulement de la soirée, il est dans l’obligation de jouer la bonne chanson au bon moment. Selon sa notoriété et son expérience, l’orchestre peut demander de 40.000 DH à 70.000 DH. Ce n’est pas encore fini. Le photographe, le caméraman, le chocolatier, les cartons d’invitations, la pièce montée, la voiture accompagnant les mariés à l’hôtel… sont autant de détails qui alourdissent la facture salée de la fête. Soit simplement un énorme frein pour une jeunesse incapable de suivre ce rythme désormais imposé par la majorité des familles. Celles-ci ferment les yeux aujourd'hui sur les réelles priorités de la vie pour consacrer tout leur temps, leur énergie et leurs économies (si ce n'est un crédit de la banque) à une fête de mariage rêvée.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger