LE MAROC TENTE TOUT POUR FAIRE FACE AU STRESS HYDRIQUE

Fermeture des hammams: Une bonne idée, vraiment?


Au Maroc, l’heure est à l’austérité pour faire face au manque de l’eau et à la succession d’années de sécheresse. Les autorités locales dans plusieurs villes du Royaume, notamment Casablanca, ont décrété, fin janvier 2024, la fermeture des hammams public trois jours par semaine -les lundis, mardis et mercredi- dans l’optique de réduire la consommation d’eau, et contribuer ainsi aux efforts visant à soulager la situation de stress hydrique. Si la décision de fermeture ne semble pas déranger tant que ça au sein des populations, bien que ces bains publics restent un espace très prisé et ancré dans la culture marocaine, les professionnels du secteur ont quant à eux immédiatement exprimé leur mécontentement.

La Fédération nationale des associations de propriétaires et gérants de hammams traditionnels et de douches publiques au Maroc a regretté cette décision “unilatérale” qui ne prend pas en considération la situation des personnes qui vivent de cette activité, tout en appelant à sa révision ou du moins son gel temporaire. D’après la Fédération, la fermeture des hammams pour trois jours aura un impact similaire à la fermeture pendant la pandémie du Covid- 19, dans la mesure où elle aura des retombées très négatives sur les quelque 200.000 personnes qui travaillent dans les 12.000 bains publics que compte le Maroc.

Rabia Ouaacha, président de la Fédération, a estimé également que l’activité des hammams fait partie du secteur des services qui ne représente que 2% des quantités d’eau consommées annuellement au Maroc, selon des chiffres officiels. Pour rappel, l’agriculture à elle seule s’accapare pas moins de 80% des volumes d’eau. Dans ce sens, Abdellatif Khizri, président du Comité national des propriétaires de hammams au Maroc a tenu à rappeler que la majorité écrasante des hammams au Maroc ont recours aux puits et non à l’eau potable pour se ravitailler, mais la fermeture va pousser les gens à se doucher chez-eux et donc consommer de l’eau potable ce qui ne fera qu’aggraver la situation au final.

Articles similaires