La Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance annonce la généralisation du e-constat


Mohamed Hassan Bensalah, président de la FMSAR


L’année 2022 s’annonce sous de bons auspices pour le secteur des assurances au Maroc. Aussi, tout en poursuivant sa transformation digitale, le secteur franchit une nouvelle étape dans la mise en œuvre de nouveaux chantiers. 

C’est ainsi que la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR) a annoncé, il y a quelques semaines, la généralisation du e-constat. L’application, qui est désormais opérationnelle dans toutes les villes du Royaume, garantit la dématérialisation du constat amiable papier en générant un constat électronique. Elle permet de reproduire la même présentation et les mêmes informations présentes dans le constat en format papier. Cette application, développée sous l’égide de la FMSAR, est installée exclusivement sur les téléphones mobiles des agents-constateurs. Elle permet de déclarer facilement et rapidement un accident matériel aux entreprises d’assurances.

Ainsi, la transformation du secteur des assurances passe plus que jamais par sa mue digitale, dont le principal objectif est d’accompagner les assurés et les bénéficiaires de prestations, de plus en plus connectés.

Par ailleurs, tout en maintenant le cap des chantiers structurants -pour accompagner de manière dynamique les stratégies nationales que ce soit dans l’infrastructure, la santé, la formation, la connectivité ou encore la promotion du secteur privé-, l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) s’est donnée pour objectif de lancer la micro-assurance par voie de circulaire, en attendant de concevoir un cadre légal spécifique dans le Code des assurances. Un projet de texte vient d’ailleurs d’être soumis au ministère de l’Économie et des finances. 

Mais, au-delà de ces avancées indéniables, le secteur n’en continue pas moins à faire fait face à de nombreux défis pour pérenniser sa croissance.

En effet, s’il y a un souci qui continue de préoccuper le plus les professionnels du secteur, c’est celui du recouvrement. Et, c’est dans cet esprit que les responsables du secteur et à leur tête Mohamed Hassan Bensalah, président de la FMSAR, veillent au grain et font tout pour y remédier. D’ailleurs, ils sont en train d’étudier la possibilité d’utiliser les nouvelles technologies de paiement qui pourraient servir à améliorer le process de recouvrement et à le sécuriser, aussi bien pour les assurés que pour les intermédiaires et les compagnies.

Articles similaires