La faute aux Casablancais, selon El Othmani

Prolongement des mesures restrictives à Casablanca

Les mesures restrictives à Casablanca ont été prolongées de deux semaines. Lors de la séance mensuelle à la Chambre des représentants, Saâd Eddine El Othmani en impute la responsabilité à une population «inconsciente de la dangerosité de cette pandémie».

Sans surprise, le gouvernement décide de prolonger, pour deux semaines, les mesures restrictives décidées auparavant dans la préfecture de Casablanca. Jusqu’au 2 novembre 2020, les Casablancais devront ainsi rester quasi confinés. Ces mesures sont l’instauration d’un couvre-feu de 22h à 5h, la fermeture de toutes les issues de la ville, chaque sortie ou entrée étant conditionnée par une autorisation spéciale, fermeture des marchés de proximité à 15h, des cafés et des commerces à 20h et des restaurants à 21h. Les Casablancais devront prendre leur mal en patience. Et la patience, beaucoup de citoyens appauvris à cause de cette crise, l’ont perdue et plusieurs ont manifesté leur colère. Le gouvernement, lui, leur impute la responsabilité.

Echec cuisant
«Je sais que les répercussions de ces mesures restrictives sont très dures pour les Marocains mais ils doivent faire des sacrifices. Je ne vous cache pas que chaque jour on réfléchit à prendre d’autres solutions plus sévères. Malheureusement, Certains doutent encore de l’existence du virus et de sa dangerosité. Ils ne veulent pas respecter les mesures sanitaires et certains organisent même des fêtes et des mariages», a déclaré le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, ce lundi 19 octobre, devant les élus.

Pour la rentrée parlementaire, El Othmani est revenu sur la gestion de la pandémie du Covid-19, qu’il qualifie d’exemplaire: «le gouvernement a été efficace dans sa gestion et on compte beaucoup de réalisations dont les Marocains doivent être fiers», a-t-il annoncé. Un discours déphasé de la réalité sur le terrain, caractérisé par l’appauvrissement de millions de Marocains. A Casablanca, où les mesures restrictives plombent les activités économiques de milliers de personnes, l’heure est à l’inquiétude, au stress permanent et au désespoir. Des familles entières se retrouvent sans revenus, des familles dont la plupart respectent scrupuleusement les mesures sanitaires.

N’en déplaise au Chef du gouvernement, la gestion de la pandémie est un échec cuisant pour l’Exécutif qui, dans une tentative désespérante, impute cet échec à la population. Le Chef du gouvernement a promis que le projet de loi de Finances 2021 apportera plusieurs mesures «révolutionnaires» dont la finalité est le sursaut d’une économie en berne. En attendant, les Marocains, les Casablancais en particulier, doivent encore souffrir en silence.

La réponse d’El Othmani: «Je reste à l’écoute. J’ai été transparent avec les Marocains et nous avons été très efficaces. Les Marocains doivent être fiers de nos réalisations. Je suis sûr que nous allons relever ce défi. Les Marocains sont capables de s’unir et de placer l’intérêt de la nation au-dessus de toute autre considération ». Surréaliste. Les Casablancais, priez, c’est ce qu’il vous reste !.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger