CGAM Hssabe 970X250

La Fashion Week à Paris du 1er au 10 mars 2021

Un parfum de renouveau

Si les grandes marques font montre de dynamisme et de créativité, une nouvelle vague se dévoile.

Un diamant hommage à N°5 chez Chanel, une nouvelle étoile Marine Serre, la relève chez Chloé et Courrèges: la fashion week Paris, du 1er au 10 mars 2021, a tenu toutes ses promesses. Chanel a tapé fort, cette fois-ci. La maison de la rue Cambon a présenté un collier serti d’un diamant de 55,55 carats pour rendre hommage à son mythique parfum. Le défi était double: pour le diamantaire qui devait tailler un diamant brut, selon un poids au millième près; pour Chanel aussi, d’autant plus que ce diamant n’est pas à vendre.

Cette gemme vient du Lesotho- c’est la «Rolls Royce», d’une qualité exceptionnelle en termes de couleur. De pureté. Et de brillance. Le collier, réalisé après deux ans de travail, est la pièce maitresse d’une collection d’une centaine de pièces de haute joaillerie; il reprend les lignes du flacon N°5 ainsi que les huit côtés du bouchon iconique taille émeraude semblable au parfum. Si les grandes marques font montre de dynamisme et de créativité, une nouvelle vague se dévoile. Telle Marine Serre, apparue sur la scène mode voici quatre ans, et qui témoigne déjà de l’étoffe d’une grande.

Force et honnêteté
Elle se veut authentique et humaine, loin, très loin des pseudo-communautés d’Instagram, qui font et défont les succès de la mode à la vitesse d’un post. Son travail se situe entre artisanat et industrie; elle veut montrer le rapport aux gens, une proximité se proposant de donner une force et une honnêteté à la mode. En somme, s’habiller non pas pour se montrer mais pour vivre tant il est vrai que, pour elle, «un vêtement est aussi un lien émotionnel».

Avec Chloé, que dirige Gabriella Hearst, c’est un imaginaire collectif qui est de nouveau ravivé dans la légende d’une maison centenaire: cette Parisienne évanescente, chic, séduisante, indépendante. Une référence de la mode créative et écoresponsable aussi, une qualité très recherchée actuellement dans le luxe. La révolution verte est en marche, avec des mailles et lanières de cachemire recyclé, des boutons en céramique ornant des pulls et manteaux produits... à Paris, ou encore des chutes de tissus de la collection.

Chez Courrèges, ce sont des formes et des couleurs, la maison préférant la simplicité aux ornements. Le film de ce défilé ranime le style Courrèges: veste de cuir au col remonté jusqu’au visage, manteau trapèze à carreaux, combinaison en maille côtelée, minijupe avec des bottes souples au-dessus du genou. Du noir, du blanc, du rouge, une touche de rose, une autre marine: le vocabulaire est simple. Facile à comprendre. Et à s’approprier. Le vestiaire s’affranchit du patronage historique; il faut tout garder et tout refaire. Courrèges entend reconquérir son aura d’autrefois, quand «tout le monde s’habillait dans ses vêtements...».

Sophia SEHIMI